BFMTV

"C'est extrêmement dangereux": Valérie Pécresse fustige la baguette à 29 centimes de Leclerc

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse le 15 décembre 2021 à Meaux

La candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse le 15 décembre 2021 à Meaux - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

En déplacement dans le Doubs ce jeudi, la candidate Les Républicains à la présidentielle a pris position face à des agriculteurs contre l'initiative du groupe Leclerc.

Alors que le géant de la grande distribution Leclerc a provoqué une polémique par la voix de son dirigeant Michel-Édouard Leclerc en annonçant mardi sur RMC le lancement d'une baguette de pain à 29 centimes pendant au moins quatre mois, au nom de la préservation du pouvoir d'achat des Français, Valérie Pécresse a fustigé ce jeudi un fait "extrêmement dangereux".

"C'est extrêmement dangereux parce qu'on sait bien que les centres Leclerc, ils vont se rattraper sur le reste du caddie. En réalité, c'est pas une mesure de pouvoir d'achat, c'est un produit d'appel pour faire venir les clients dans le magasin, et ensuite, il y aura des produits qui seront plus chers et donc ils se rattraperont ils feront leur marge ailleurs", a dénoncé la candidate Les Républicains (LR) à l'élection présidentielle, face à des acteurs de l'agriculture du Doubs.

"Quand on dit 'la baguette à 29 centimes', peut-être même 23 centimes dans certains Leclerc, alors que la farine coûte 11 centimes, ça veut bien dire qu'il y a une destruction de valeur quelque part", a fustigé Valérie Pécresse.

Une initiative dénoncée par les acteurs de la meunerie et de l'agriculture

Si la candidate est la première personnalité politique à s'emparer du sujet, plusieurs voix s'étaient déjà élevées pour dénoncer une initiative "démagogique". Notamment le président de l'Association nationale de la meunerie française, Jean-François Loiseau, qui a évoqué le "coût" nécessaire pour "préserver l'emploi et la qualité".

"Il faut rémunérer correctement les acteurs, ceux qui plantent, qui récoltent, qui assemblent les grains et font la farine, et ceux qui fabriquent le pain. Ce que fait Leclerc est honteux".

"Il faudra que monsieur Leclerc nous explique comment et combien il rémunère les boulangers avec une baguette à 29 centimes", a réagi de son côté Christiane Lambert, patronne de la FNSEA, premier syndicat agricole.
Anthony Lebbos avec Clarisse Martin