BFMTV

Bruno Retailleau: "François Fillon était serein et rassuré" après son audition

Bruno Retailleau

Bruno Retailleau - BFMTV

Les époux Fillon ont été interrogés pendant de longues heures lundi dans le cadre des soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur Penelope Fillon. Ces accusations "feront flop", assure le coordinateur de la campagne du candidat de la droite.

"François Fillon était serein et rassuré" en sortant de son audition devant le parquet financier, a assuré Bruno Retailleau, son coordinateur de la campagne, mardi sur BFMTV et RMC. Ces accusations "feront flop", assure le patron du groupe LR au Sénat qui affirme que "Penelope Fillon a toujours secondé François (Fillon). Tout le monde sait ce qu'il lui doit dans le quotidien", évacuant l'hypothèse d'un emploi fictif. De plus il assure que le salaire perçu est normal. 

Lorsque Penelope Fillon était rémunérée par Marc Joulaud, suppléant de François Fillon à l'Assemblée nationale et bien silencieux depuis une semaine, il s'agissait "d'accompagner un jeune élu" dans sa tâche, explique Bruno Retailleau.

La popularité de François Fillon pourrait bien souffrir de ces révélations. Le candidat s'est régulièrement positionné comme le représentant de la morale et de l'exemplarité en politique. Mais pour la prochaine élection présidentielle, "François Fillon est le champion de la droite, je ne vois pas d'autre que lui!", clame Bruno Retailleau, soutien de la première heure. Mais il regrette: "on nous aura volé le début de cette campagne".

Les époux Fillon ont été interrogés pendant de longues heures lundi dans le cadre des soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur Penelope Fillon. D'après le Canard enchaîné, elle aurait collaboré avec La Revue des deux mondes pour un salaire mensuel de 5.000 euros brut et pendant 20 mois. Sauf que l'ancien directeur de la publication assure qu'elle a écrit deux ou trois notes de lecture. Penelope Fillon est aussi soupçonnée d'avoir occupé un emploi fictif en tant qu'assistante parlementaire de son mari. 

S.A.