BFMTV

Municipales 2020: Mounir Mahjoubi soutient la candidature de Benjamin Griveaux à Paris

Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux en 2017

Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux en 2017 - Patrick Kovarik - AFP

Le député de la majorité avait d'abord soutenu Cédric Villani, avant que Benjamin Griveaux ne soit investi candidat LaREM dans la capitale.

Le député La République en marche Mounir Mahjoubi, un temps candidat à la candidature à la mairie de Paris avant de rallier Cédric Villani, a indiqué dimanche qu'il s'engageait "pleinement avec Benjamin Griveaux", le candidat officiel investi par les marcheurs.

"Je vais m'engager pleinement dans la campagne d'En Marche! à Paris avec Benjamin Griveaux. Quand vous faites partie d'une famille, à un moment, vous devez prendre vos responsabilités", fait valoir l'ex-secrétaire d'État au numérique, dans un entretien au Parisien.

Candidat à l'investiture LaREM aux municipales à Paris, Mounir Mahjoubi avait décidé début juillet de finalement jeter l'éponge pour rallier la candidature de Cédric Villani.

Le rassemblement avec Villani, une nécessité pour Mahjoubi

Face à ce dernier et au député Hugues Renson, Benjamin Griveaux avait été choisi à l'unanimité par la commission d'investiture du parti. "Une procédure viciée", estime pourtant toujours Cédric Villani, qui refuse jusqu'alors de soutenir le candidat de la majorité et laisse planer la menace d'une candidature dissidente.

Mounir Mahjoubi estime quant à lui que "le rassemblement avec Cédric (Villani), c'est une nécessité".

"Tous les deux, nous avons un lien particulier. Quels que soient ses choix à venir, je garde un respect sans limite pour lui et je comprends les combats qu'il mène", ajoute le député de Paris.

À propos du début de campagne de Benjamin Griveaux, épinglé pour avoir notamment proféré des sentences peu amènes à l'endroit de ses amis politiques, y compris Mounir Mahjoubi, ce dernier estime que "Benjamin va devoir continuer son exercice de vérité".

"C'est à lui de rechercher profondément qui il est, ce qu'il a à offrir aux Parisiennes et aux Parisiens. S'il l'accepte, je l'aiderais. Je me fiche de ce qu'il a pu dire avant", jure encore le nouveau soutien.

Ju. M. avec AFP