BFMTV

Griveaux sur Villani: "Je souhaite que cet homme de cœur puisse nous soutenir" aux municipales

Invité sur BFMTV-RMC ce jeudi matin, le candidat investi par La République en marche à Paris pour l'élection de 2020 a tendu la main à son plus sérieux rival. Ce dernier ne lui aurait pas encore répondu.

Après la victoire, le rassemblement? Au lendemain de son investiture par La République en marche pour les municipales à Paris, Benjamin Griveaux tend la main à son plus sérieux rival. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi, l'ex-porte-parole du gouvernement a rendu un hommage appuyé à Cédric Villani, qui a bénéficié de quelques ralliements et de sondages flatteurs dans la dernière ligne droite de la course. 

"On ne s'est pas parlé hier. On s'est passé des messages. (...) Je (souhaite) qu'il prenne toute sa place dans cette campagne", a d'abord affirmé Benjamin Griveaux. 

Et l'ancien socialiste de louer le "cœur gros" du mathématicien. "Je mesure la déception. Je sais que c'est difficile. Et moi je souhaite que cet homme de cœur puisse nous accompagner, parce qu'il a su toucher le cœur de certains Parisiens dans cette campagne."

"C'est un homme loyal"

Entre les deux hommes, pourtant, le duel était devenu âpre dans les jours qui ont précédé l'audition organisée par la commission nationale d'investiture de LaREM. D'après Benjamin Griveaux, Cédric Villani n'a toujours pas répondu à ses appels. 

"Je suis certain qu'on va trouver les moyens de se rassembler, de se parler, de poser les choses sur la table et de se dire, au fond, 'comment est-ce qu'il peut être utile aux Parisiens' et à l'équipe que je veux bâtir patiemment, méticuleusement. (...) J’attends la réponse qui sera la sienne. C'était hier soir, nous sommes le lendemain matin."

Interrogé sur le spectre d'une candidature dissidente du député de l'Essonne, le candidat LaREM à la mairie de Paris s'est dit confiant qu'une solution serait trouvée. "C'est l'engagement qu'il a pris, c'est un homme d'honneur, c'est un homme loyal", croit savoir Benjamin Griveaux.

Jules Pecnard