BFMTV
Législatives

Nicolas Dupont-Aignan en difficulté pour les législatives?

Après son ralliement à Marine Le Pen à l'entre deux tours, Nicolas Dupont-Aignan a essuyé les critiques dans son fief de l'Essonne. Certains de ses électeurs envisagent désormais de ne pas voter pour lui aux législatives et Les Républicains ont décidé d'occuper le terrain.

Sérieux revers pour Nicolas Dupont-Aignan dimanche. Dans sa ville de Yerres, les électeurs qui le plébiscitent depuis vingt ans ont choisi Emmanuel Macron. Une claque alors que s'engage la campagne pour les élections législatives pour lesquelles Nicolas Dupont-Aignan brigue un 5e mandat dans la 8e circonscription de l'Essonne. 

Le choix de Nicolas Dupont-Aignan de s'allier à Marine Le Pen a en effet été fortement critiqué. Plusieurs jours de suite, des manifestants ont dénoncé ce ralliement. Des protestations balayées par Nicolas Dupont-Aignan qui avait alors qualifié les manifestants d'"idiots utiles du système".

Des électeurs qui s'interrogent sur leur vote

Dans son propre camp, certains ont décidé de prendre leurs distances. Deux de ses vice-présidents du parti Debout la France ont claqué la porte. A Yerres, la situation est également tendue au conseil municipal. Le 8 mai, une quinzaine d'élus de sa majorité sont resté à l'écart du député-maire. Pour les électeurs, le malaise aussi reste présent.

"C'est vrai que j'ai été déçu de sa décision et ça aura certainement un impact sur la suite de mes votes, notamment aux législatives", explique un électeur à BFM Paris. "Il doit s'en mordre les doigts, parce que beaucoup de gens maintenant vont à mon avis perdre confiance en lui", poursuit une autre. 

A droite, Les Républicains ont par ailleurs décidé de rompre le pacte de non agression dans sa circonscription rapporte Le Parisien. Le parti avait en effet pris l'habitude de laisser le champ libre à Nicolas Dupont-Aignan. Mais mardi, plusieurs représentants des Républicains, Valérie Pécresse en tête, étaient sur le terrain pour soutenir leur candidat Irvin Bida, convaincus qu'il a désormais sa carte à jouer. 

"Les Républicains veulent faire la peau d'un homme droit qui n'est pas allé à la soupe. Ils ont politiquement failli et trahi leurs électeurs", rétorque Nicolas Dupont-Aignan dans Le Parisien

Le bilan mis en avant

Autour du président de Debout la France, on veut croire que son bilan local fera malgré tout la différence lors de la campagne des législatives. 

"L'heure du bilan sera le thème de la campagne et en tout cas nous on fera campagne là-dessus. Sur l'homme aussi, sur l'intégrité de Nicolas Dupont-Aignan qui n'a absolument rien à se reprocher et j'espère que les administrés l'entendront", défend Jérémy Renaud, membre de l'équipe de campagne de Nicolas Dupont-Aignan.

Député depuis 1997, Nicolas Dupont-Aignan a un mois devant lui pour tenter de rassembler ses électeurs. En 2012, sa circonscription l'avait élu député avec 61,39% des suffrages.

Carole Blanchard avec Simon Azélie, Barthélémy Bolo