BFMTV

Législatives: les ambitieux calculs du FN

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, à l'Assemblée nationale.

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, à l'Assemblée nationale. - Christophe ARCHAMBAULT - AFP

Le parti de Marine Le Pen vise une quarantaine de députés en juin, dans ses prévisions optimistes.

"On sera beaucoup plus de deux". Invité du Talk du Figaro mercredi, Gilbert Collard est formel: le FN fera une entrée en force à l’Assemblée nationale après les législatives de juin.

A hauteur de combien de sièges, lui demande-t-on? Le secrétaire général du Rassemblement bleu Marine, unique député frontiste à l’heure actuelle avec Marion Maréchal-Le Pen, commence par chuchoter le chiffre "100". Avant de renoncer à donner un pronostic précis.

Multiplier par 50 le nombre d’élus FN à la chambre basse du Parlement? Si les autres proches de Marine Le Pen ne s’avancent pas jusque-là, ils affichent tout de même une belle confiance pour le scrutin des 11 et 18 juin.

Au "Carré", le siège du Front national, la prévision optimiste la plus courante tourne autour d’une quarantaine de députés. C’était l’estimation livrée au Parisien par Nicolas Bay, secrétaire général du FN, en décembre dernier.

Marine Le Pen en tête dans 216 circonscriptions

Pour aboutir à ce résultat, les cadres marinistes ont pris en compte les circonscriptions où les candidats FN ont atteint 45% des suffrages au second tour des régionales de 2015, rapporte Le Figaro ce jeudi. C’était le cas dans 49 d’entre elles.

Les résultats du premier tour de la présidentielle constituent aussi un motif d’espoir au FN. Sa candidate, finaliste face à Emmanuel Macron, n’est-elle pas arrivée en tête dans 216 circonscriptions sur 577? En 2012, ce n’était le cas que dans… 23 d’entre elles. Une progression impressionnante, même si les résultats au scrutin présidentiel ne se reproduisent pas forcément de manière équivalente aux législatives.

8 candidats FN sur 10 sont des élus locaux

Marion Maréchal-Le Pen peut d’ores-et-déjà rêver à une reconduction dans un fauteuil. Dans la circonscription de la nièce de Marine Le Pen, cette dernière a dépassé la barre des 35% des suffrages dimanche. Dans celle d’Hénin-Beaumont, où l’eurodéputé pourrait être tentée de se présenter si elle échoue dans la course à l'Elysée, 41,7% des électeurs ont glissé un bulletin à son nom dans l’urne.

Autre avantage du FN version 2017 par rapport à 2012: l’expérience acquise par les élus et cadres frontistes locaux. Selon un calcul du Figaro, 80% des candidats FN aux législatives détiennent un mandat local contre 10% seulement il y a cinq ans.

Un nombre record de triangulaires

Le Front national aurait pourtant tort de vendre la peau de l’ours. Outre les inconnues des législatives (niveau de l’abstention, éventuel front républicain anti-FN), la formation de Marine Le Pen devra gérer d’autres difficultés, comme le profil parfois imprévisible de ses candidats.

Et si les résultats de la présidentielle laissent supposer un nombre record de triangulaires (voire de quadrangulaires) au second tour des législatives, la victoire n’est pas assurée pour autant.

En 2012, 28 candidats FN sur les 59 qualifiés au deuxième tour s’étaient retrouvés dans des triangulaires. Deux seulement avaient été élus.

G. de V.