BFMTV

Législatives: le producteur Christian Gerin suspendu par En Marche! à cause de tweets antisionistes

Le logo d'En Marche!.

Le logo d'En Marche!. - PATRICK KOVARIK - AFP

Le parti d’Emmanuel Macron a retiré son investiture au producteur de l'émission Faites entrer l’accusé après des signalements d'internautes et de la Licra.

Christian Gerin ne sera finalement pas candidat aux législatives dans la 5e circonscription de Charente-Maritime. La République en marche, le parti d’Emmanuel Macron, a retiré son investiture au producteur de télévision vendredi, à cause de certains de ses tweets à connotation antisioniste.

Auprès de l’AFP, l’entourage du Président élu a expliqué:

"La commission d'éthique d'En Marche! a été saisie par des adhérents du parti à propos de ces tweets, dont nous ignorions évidemment l'existence, ce qui suspend automatiquement et immédiatement son investiture".

Des signalements d'internautes

Christian Gerin, 62 ans, producteur d'émissions aussi célèbres que Faites entrer l'accusé et Le Magazine de la santé, figurait jeudi dans la liste communiquée à la presse des 428 candidats investis sous les couleurs de La République en marche.

A la suite de plusieurs signalements d'internautes, la Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme) s'est émue vendredi dans un communiqué de messages tweetés ou retweetés par ce journaliste-producteur, favorables au mouvement de boycott de produits israéliens BDS et très hostiles à Israël ou au Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

Valls traité de "sioniste, raciste et islamophobe"

"A quand la séparation du Crif et de l'État?", avait notamment tweeté Christian Gerin, après avoir accusé Manuel Valls d'être "viscéralement sioniste, raciste et islamophobe" ou écrit, toujours sur le réseau social Twitter: "une seule solution: BDS!" (Boycott, Désinvestissement, Sanctions, NDLR).

Estimant que le producteur était "l'auteur de tweets dont la connotation antisémite est explicite", la Licra a demandé à Emmanuel Macron de lui retirer l'investiture, en précisant que sa commission juridique examinerait "l'éventualité de signaler ces publications au parquet".

La présentation de sa première vague de candidats par La République en marche ne s'est pas faite sans heurts: plusieurs noms se sont retrouvés par erreur dans la liste et François Bayrou, s'estimant lésé, a dénoncé la répartition des investitures.

G. de V. avec AFP