BFMTV

Après son agression, NKM souffre d'un traumatisme crânien

Nathalie Kosciusko-Morizet a subi des examens médicaux approfondis à l'hôpital Cochin, après son agression ce jeudi.

Nathalie Kosciusko-Morizet a passé la nuit en observation à l’hôpital Cochin après l’agression dont elle a été victime jeudi à Paris. "Très choquée" après son altercation avec un passant, selon sa directrice de campagne, elle a subi une batterie d’examens médicaux et reçu la visite du Premier ministre, Edouard Philippe.

Si la cheffe de file de la droite parisienne devrait sortir de l'hôpital ce vendredi, elle ne pourra toutefois pas reprendre physiquement sa campagne pour le second tour des législatives. NKM, qui est resté de longues minutes inconscientes jeudi après avoir été prises à partie, souffre notamment d'un traumatisme crânien.

C'est donc sa suppléante, Dominique Stoppa-Lyonnet, qui assurera les rendez-vous pour ce dernier jour de campagne officielle.

Gilles Le Gendre, son adversaire de La République en marche qui avait suspendu sa campagne après l’incident, a annoncé jeudi soir qu’il repartait sur le terrain.

Alors que de très nombreuses figures politiques ont apporté leur soutien à NKM, une trentaine d’élus parisiens LR ont appelé à un rassemblement vendredi à 18h place Maubert, sur les lieux de l’agression à Paris, pour "refuser la violence et défendre la démocratie".

L'agresseur de NKM n'a toujours pas été retrouvé mais les images de vidéosurveillance du métro dans lequel il s'est engouffré après l'altercation devraient permettre aux enquêteurs de l'identifier.

G. de V.