BFMTV

Départementales: l'UMP-UDI en tête à 29,40%, le FN second à 25,19%

Les résultats partiels communiqués par le ministère de l'Intérieur, lundi matin.

Les résultats partiels communiqués par le ministère de l'Intérieur, lundi matin. - BFMTV

L'alliance UMP-UDI est sortie vainqueur de ce premier tour des élections départementales avec 29,40% des voix, suivi du FN à 25,19%, selon les résultats définitifs communiqués par le ministère de l'Intérieur. Le PS et ses alliés sont à 21,85%.

> Pari réussi pour l'UMP et l'UDI

L'UMP, donnée au coude-à-coude avec le FN, sort finalement renforcée de ce premier tour. "Ce premier tour montre la profonde aspiration des Français à un changement clair qui commence par les départements" et "les conditions d'un basculement massif sont réunies dans un grand nombre" d'entre eux, a aussitôt réagi Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, qui mise sur ce scrutin pour asseoir son emprise sur le parti.

"L'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera", veut croire l'ancien chef de l'Etat. Son but: inverser la proportion droite/gauche dans les départements, jusqu'ici nettement favorable à la gauche (60% contre 40%). L'UMP et ses alliés comptent déjà 220 élus au premier tour dans les cantons: c'est le cas notamment d'Eric Ciotti à Tourrette-Levens, dans les Alpes-Maritimes, mais aussi de Patrick Devedjian à Antony dans les Hauts-de-Seine. 

UMP et UDI se heurtent toutefois à un désaccord majeur quant au second tour: Nicolas Sarkozy a de nouveau martelé le "ni ni": ni FN, ni PS, sans non plus conclure d'accord avec le FN. Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI, est lui pour le front républicain, et appellera donc les siens à voter pour un candidat de gauche contre un FN.

> Surprise pour le FN

Pour le FN, c'est une surprise. Avec 25,19% des voix, le mouvement de Marine Le Pen arrive bien en dessous des derniers sondages d'avant élection. La présidente du parti avait d'ailleurs été prudente durant la campagne, et ne s'était guère livrée à des pronostics pour son parti, si ce n'est faire mieux que 2011 où le FN avait obtenu seulement deux conseillers généraux. Après ce premier tour, il en compte déjà huit.

Troisième à prendre la parole dimanche soir après Manuel Valls et Nicolas Sarkozy, la présidente du FN, souriante, a évoqué un "exploit". "Les résultats de ce soir seront le socle des résultats des régionales", où le FN espère remporter les régions PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

>Le PS éliminé dans 500 cantons

Rue de Solférino, la claque, attendue, est en revanche bien réelle. S'ils affirment dimanche soir avoir limité la casse et revendiquent par la voix de Manuel Valls un "score honorable", les socialistes sont tout de même éliminés "dans 500 cantons", selon Jean-Marie Le Guen. Un chiffre confirmé par Manuel Valls lundi matin.

Chez les membres du gouvernement qui se présentaient Patrick Kanner (Ville) Ségolène Neuville (Personnes handicapées) et André Vallini (Réforme territoriale) sont en ballotage favorable. Jean-Michel Baylet, président du PRG, présidant sortant du Tarn et Garonne, a été réélu.

Si le score du PS (21,85%) est au-dessus de son score aux européennes de 2014 (environ 14%), sa désunion avec le Front de gauche et les écologistes risque de priver la gauche d'un grand nombre de sièges. Jusqu'ici, elle détenait 61 départements.

A. K.