BFMTV

Départementales: les écolos au bord de l'implosion 

Rugy et Placé déplorent la stratégie d'alliance d'Europe Ecologie-Les Verts

Rugy et Placé déplorent la stratégie d'alliance d'Europe Ecologie-Les Verts - JEAN-PIERRE MULLER - AFP

François de Rugy, coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, a estimé dimanche que le résultat du premier tour des départementales devait servir d'"électrochoc", pour la majorité et les écologistes, car il montrait qu'une gauche "désunie" disparaissait, "quelle que soit la sensibilité".

"Avec une stratégie illisible, on prend le risque de rendre l'écologie invisible". Le député Europe Ecologie - Les Verts, François de Rugy n'aura pu attendre que quelques minutes, après l'annonce des résultats du premier tour des départementales, pour relancer la guerre chez les écolos. Dès dimanche soir, il a tweeté un texte sans appel pour la stratégie de la figure de proue du parti, Cécile Duflot. "Poursuivre dans la voie de la désunion à gauche, c'est prendre le risque de l'élimination de chacun, quelle que soit la sensibilité", a écrit le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale.

Les scores de dimanche soir sont difficilement lisibles pour EELV, qui, selon ses alliances, se retrouve agrégé aux résultats du Parti socialiste ou à ceux du Front de gauche.

Des résultats difficilement lisibles 

Les écologistes, qui ne se sont présentés que dans 950 des 2.054 cantons, avaient choisi dans "43% des cas" de s'associer avec au moins une composante du Front de gauche. Dans 17% des cas, ils sont alliés avec le PS et dans 4% avec le PS et le PCF. 

Ainsi, CSA range dans le total Front de gauche les binômes Front de gauche-EELV, comptabilisés parmi les Divers gauche par Ipsos et l'Ifop. Dès lors les résultats sont soumis à diverses interprétations. 

"L'opération pipotage du ministère de l'Intérieur sur les 2% de # EELV ne dissimule pas que nous sommes à 10% là ou nous étions présents", a ainsi fustigé David Cormand, secrétaire national d'EELV chargé des élections.

Jean-Vincent Placé fulmine

Ses protestations n'auront pas calmé ceux qui souhaitent, chez EELV s'allier et participer au gouvernement de Manuel Valls.

Le chef de file des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé a ainsi dénoncé la "stratégie désastreuse, je le dis de mes propres amis écologistes et de l'extrême gauche et du parti communiste". "C'est un désastre électoral pour les écologistes, il n'y a jamais eu un tel résultat" et "les rares fois où EELV bat le PS on est 3e et 4e donc on est éliminé", a-t-il dit.

Cosse et Duflot veulent maintenant le rassemblement

"J'appelle les écologistes à se rassembler autour des candidatures de gauche qui le voudront bien. Le rassemblement on l'a cherché. On n'a pas toujours réussi à avoir en face de nous des gens qui étaient prêts à le faire et ça ne concerne pas que le PS", a déclaré Emmanuelle Cosse après les premières estimations.

"Un seul sujet désormais cette semaine: se rassembler pour faire gagner la gauche et les écologistes et battre droite et ext-droite", a, quant à elle, tweeté l'ancienne ministre Cécile Duflot.

H.F. avec AFP