BFMTV

Elections européennes: "Gilets jaunes, le mouvement" se précise avec Hayk Shahinyan à sa tête

Hayk Shahinyan annonce une liste aux européennes -

Hayk Shahinyan annonce une liste aux européennes - - Capture d'écran France 2

A mesure que la liste européenne des gilets jaunes se précise, le mouvement mené par Hayk Shahinyan investit de plus en plus le champ politique.

Il avait annoncé la création d'une liste européenne comme "suite logique" des évènements le 10 décembre sur France 2. En seulement quelques jours, le mouvement de Hayk Shahinyan, gilet jaune de Seine-Maritime de 29 ans, semble avoir saisi les codes des partis politiques traditionnels.

Force politique

De la création d'un comité central à la publication d'un PowerPoint parfait, le "mouvement citoyen" est en pleine ascension et compte bien constituer "Gilets jaunes, le mouvement" en force politique.

Sur sa page Facebook aux 23.300 abonnés, Hayk Shahinyan, manie l'art de la communication avec rigueur et va jusqu'à mettre en place des sessions questions/réponses lors de lives. Tout ça lorsqu'ils ne multiplient pas interviews ou plateaux télé.

Celui qui revendique plusieurs milliers d'adhérents à ce qui n'est encore qu'une association, annonce même des ralliements stratégiques, comme celui d'Ingrid Levavasseur, aide-soignante emblématique du mouvement, très appréciée des gilets jaunes.

"Le travail de l'ombre"

Début décembre, la projection d'une liste "gilets jaunes" demandée par La République en Marche a été testée par l'Institut Ipsos et publiée dans le Journal du Dimanche. Selon le scénario imaginé par l'Institut et si les européennes s'étaient tenues le 9 décembre, cette liste aurait recueilli 12% des voix.

Loin derrière LaREM, elle aurait tout de même été en course pour la deuxième place, affaiblissant au passage les extrêmes. Une bonne opération pour la majorité.

Mercredi, Hayk Shahinyan a annoncé sur la page Facebook du mouvement se concentrer désormais "sur le travail de l'ombre". Pour espérer présenter une liste le 26 mai prochain, "Gilets jaunes, le mouvement" va maintenant devoir trouver 79 noms.

Manon Fossat