BFMTV

ÉDITO - Retraites: la communication du gouvernement entre "fermeté, ouverture, proximité"

Selon notre éditorialiste politique Christophe Barbier, le gouvernement cherche à se montrer optimiste sur la réforme des retraites pour "contraster avec 1995".

Une réunion de travail autour de la communication du gouvernement sur la réforme des retraites et la grève du 5 décembre a eu lieu à Matignon ce dimanche. Selon notre éditorialiste politique Christophe Barbier, "fermeté, ouverture, proximité" sont les "trois mots d'ordre" qui vont soutenir la communication du gouvernement de ces prochains jours.

"Fermeté, c'est Gérald Darmanin", selon Christophe Barbier. Le ministre des comptes publics maintient ainsi que la réforme se fera, en martelant que les régimes spéciaux coûtent 8 milliards d'euros à l'Etat.

"Ouverture, c'est le Premier ministre qui rappelle que Jean-Paul Delevoye va consulter chaque régime spécial" jusqu'à ce lundi ou ce mardi, selon Christophe Barbier.

"Proximité, c'est le gouvernement qui dit accompagner les Français pour faire en sorte que la vie quotidienne, transports, école, soit moins difficile."

Un style qui interroge 

A ce séminaire ce dimanche, le Premier ministre Edouard Philippe s'est présenté sans cravate et en baskets. Un style pour le moins remarqué.

"C'est pour montrer une forme de sérénité, pour dire que le gouvernement va réussir à convaincre, régime spécial par régime spécial. Cet optimisme-là c'est pour contraster avec Alain Juppé en 1995. Edouard Philippe ne veut pas être son clone", analyse Christophe Barbier.

D'ici le 5 décembre, le gouvernement peut encore accomplir plusieurs actions.

"Il peut nous dire qu'il y aura une solution pour tout le monde. On ne peut pas traiter de la même manière les mineurs et les cheminots. Pour chaque régime spécial il faudra un calendrier, une solution de sortie, c'est ce que le gouvernement peut laisser dire ces prochains jours.", imagine Christophe Barbier.
Alexandra Jaegy