BFMTV

EDITO - Moralisation: tout fout le camp

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV - -

"Quand ça veut pas, ça veut pas"! Mercredi, François Hollande tentait de reprendre la main en lançant depuis l’Elysée ses grandes orientations pour moraliser la vie politique. L’effet n’aura duré qu’un petit jour.

Les annonces du chef de l’Etat n’ont pas réussi à éteindre l’incendie provoqué par l’affaire Cahuzac. Bien au contraire, le feu court toujours. Jean-Marc Ayrault, qui a rencontré hier les présidents et chefs de groupe de l'Assemblée, du Sénat, a réaffirmé sa volonté de faire publier le patrimoine des élus. Ce qui provoque un tollé… et plus seulement à droite.

Le projet est contesté à gauche, par Claude Bartolone...

Le président socialiste de l’Assemblée nationale redoute que "la transparence sombre dans le voyeurisme". Claude Bartolone, furieux de ne pas avoir été consulté au préalable: "ou bien je suis président de l’Assemblée nationale, ou bien je suis juste le président de l’immeuble", a-t-il confié très agacé.

Pierre Moscovici, lui, est toujours sous le feu de l'opposition...

Le ministre de l’Economie et des Finances a passé sa journée à démentir l’article de Valeurs Actuelles, selon lequel il aurait diligenté une enquête secrète sur le compte suisse de Jérôme Cahuzac et qu’il en connaissait donc l’existence depuis… fin décembre. Le plus cocasse aura été la visite médiatisée, à Bercy, des deux présidents UMP des commissions des finances du parlement. Nos deux Sherlock Holmes Philippe Marini et Gilles Carrez, n’ont rien trouvé. Mais n’ont pas dit leur dernier mot. Pierre Moscovici, dans l’œil du cyclone, dit ne se faire "aucun souci".

Et tout ramène à chaque fois au cas Jérôme Cahuzac...

Celui par qui le scandale est arrivé s’est rappelé au bon souvenir du gouvernement, après ses propos rapportés jeudi matin dans la Dépêche du Midi. L’ancien ministre du Budget est de nouveau attendu chez les juges Le Loire et Van Ruymbeke. Vous ajoutez à cette cacophonie une ambiance épouvantable dans les rangs du PS, chez des ministres, des parlementaires catastrophés, qui estiment que la République est en danger. Et se demandent comment François Hollande, qui s’est déjà exprimé à deux reprises en une semaine, va pouvoir se sortir de ce qui est aujourd’hui une impasse.

|||

Jean-François Achilli

Directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Il intègre la rédaction de France Inter en 1998, puis le service politique en 2000, dont il prend la direction en septembre 2008. Il rejoint RMC en décembre 2012 comme directeur de la rédaction et éditorialiste RMC/BFMTV.

>> Suivez-le sur Twitter @jfachilli