BFMTV

ÉDITO - "L'affaire Benalla est en train de devenir une affaire qui concerne le sommet de l’Etat"

L'éditorialiste de BFMTV Christophe Barbier estime ce jeudi matin que l'implication de Matignon dans l'affaire Benalla en fait "une affaire d'Etat".

Après l'Elysée, Matignon est à son tour éclaboussé par l'affaire Benalla. La cheffe de la sécurité du Premier ministre a été entendue mardi dans le cadre de l'enquête sur les conditions d'enregistrement d'une conversation entre Vincent Crase et Alexandre Benalla.

Rompant les obligations liées à leur contrôle judiciaire, cette rencontre rendue publique par Mediapart, se serait déroulée au domicile de cette commissaire de police. C'est la première fois que Matignon est impliqué dans l'affaire Benalla, la transformant en "affaire d'Etat", estime notre éditorialiste Christophe Barbier.

Baromère
Baromère © -

>> Christophe Barbier: "C’est ça qui transforme l’affaire Benalla en affaire d’Etat"

"C’est la première fois qu’une haute responsable au sein de Matignon est entraînée dans l’affaire Benalla qui était jusqu’alors une affaire élyséenne. Ensuite, elle a accueilli Benalla à son domicile, même si son compagnon a probablement été à l’origine de la rencontre, fin juillet alors que l’affaire a déjà explosé depuis 10 jours.

Elle ne pense pas à en faire un rapport à ses supérieurs alors que Benalla est à ce moment-là dans les rets de la justice. Par ailleurs, on apprend, que le compagnon de cette cheffe de sécurité et Benalla, font des affaires avec un oligarque russe!

C’est ça qui transforme l’affaire Benalla en affaire d’Etat. Ce n’est plus un fait divers avec un type qui a dérapé le 1er mai, c’est en train de devenir une affaire qui concerne le sommet de l’Etat.

On nous dit depuis des années que tous les collaborateurs de l’Elysée et de Matignon sont passés au crible dans leur vie par les services secrets. Est-ce que les services de sécurité ont été défaillants ? Ou est-ce qu’ils savaient tout cela en se disant 'on ne dit rien parce qu’on pourra utiliser ces gens-là quand on en aura besoin?'".

Guillaume Dussourt