BFMTV

Ebola: Paris envisage des contrôles sur les vols provenant de Guinée

Les contrôles de sécurité contre Ebola dans les aéroports ont été renforcés dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis.

Les contrôles de sécurité contre Ebola dans les aéroports ont été renforcés dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis. - Mark Ralston - AFP

La France "réfléchit" à l'envoi de moyens humains et matériels supplémentaires en Afrique de l'Ouest pour lutter contre l'épidémie d'Ebola.

La France "réfléchit" à l'envoi de moyens humains et matériels supplémentaires en Afrique de l'Ouest pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, ainsi qu'à l'instauration de contrôles sanitaires à l'arrivée des vols directs en provenance de Conakry. C'est ce qu'a annoncé, ce lundi, la ministre de la Santé Marisol Touraine.

"Nous allons réfléchir à l'envoi de professionnels de santé et de structures de soins et de traitement supplémentaires" en Afrique de l'Ouest et "tout particulièrement en Guinée", a-t-elle déclaré à l'issue d'une réunion à l'Elysée.

"Nous réfléchissons à l'éventualité d'un développement des contrôles à l'arrivée des vols directs de Conakry (...) si la situation appelle ce type de mesure", a-t-elle ajouté, , à l'issue de ce rendez-vous qui réunissait, outre le Premier ministre Manuel Valls, six membres du gouvernement autour de François Hollande.

Une vigilance extrême

Pour l'heure, a-t-elle toutefois rappelé, "les contrôles importants se font à l'embarquement car c'est là que nous sommes absolument certains de pouvoir contrôler l'état de santé des personnes".

La "vigilance est extrême" sur le territoire national, a-t-elle par ailleurs assuré, soulignant qu'il n'y avait "aujourd'hui" aucun malade d'Ebola ou "cas suspect" en France.

"Le président de la République a souhaité marquer cette mobilisation forte du pays", a poursuivi la ministre de la Santé.

Des mesures plus drastiques en Grande-Bretagne

Pour lutter contre le risque de voir l'épidémie toucher le Royaume-Uni, des mesures plus draconiennes ont été prises en Grande-Bretagne. Ainsi, a-t-il été annoncé ce lundi par le ministère de la Santé, des ambulances et des médecins en combinaison de protection vont systématiquement être envoyés au domicile des personnes en Grande-Bretagne soupçonnées d'avoir contracté le virus Ebola.

Le but? Eviter la contamination du personnel soignant, comme ça s'est produit en Espagne ou aux Etats-Unis.

Les gares Eurostar aussi concernées

Au contraire de la France qui en est encore au stade de la réflexion, Londres a annoncé jeudi dernier des dépistages renforcés dans certains aéroports et dans les gares Eurostar. Ces contrôles, qui doivent consister en un interrogatoire des passagers en provenance des pays les plus fortement touchés par l'épidémie et en la prise de leur température, doivent démarrer ce mardi à Heathrow, le principal aéroport du pays.

A l'aéroport de Gatwick et dans les terminaux Eurostar, ils seront mis en place avant la fin de la semaine, a précisé le ministère de la Santé britannique.

Des mesures similaires aux Etats-Unis et au Canada

Les Etats-Unis et le Canada ont également décidé, la semaine passée, de renforcer les contrôles des passagers arrivant des pays à risque.

Cinq aéroports américains sont concernés: JFK (New York), Newark (New Jersey, en banlieue de New York), Washington-Dulles, et les aéroports internationaux d'Atlanta (sud) et de Chicago (nord). Des questionnaires plus poussés pourront être réalisés sur les voyageurs s'étant rendu dans les pays les plus touchés par Ebola, tandis que des contrôles de température auront également lieu.

S.A. et Jé. M. avec AFP