BFMTV

Ebola: la France veut renforcer les contrôles au départ dans les aéroports

Des passagers dans l'aéroport d'Orly, image di'illustration.

Des passagers dans l'aéroport d'Orly, image di'illustration. - Stéphane de Sakutin - AFP

VIDEO - La ministre de la Santé Marisol Touraine cherche à obtenir un renforcement des contrôles au départ dans les pays touchés par le virus Ebola.

Pour lutter contre la propagation d'Ebola, le contrôle à l'arrivée des voyageurs "n'est pas la solution miracle", a déclaré jeudi la ministre de la Santé Marisol Touraine qui travaille à obtenir un renforcement des contrôles au départ auprès des pays touchés par l'épidémie.

Réagissant à l'annonce par les Etats-Unis et le Canada d'un renforcement de leur contrôles aux aéroports pour les voyageurs en provenance des pays africains touchés par Ebola, Marisol Touraine a déclaré sur i-Télé que l'idée de mettre des contrôles à l'arrivée "apparaît simple et une mesure de bon sens". "Mais la vérité c'est que tout le monde considère que ce qui est essentiel, c'est le contrôle au départ".

Les contrôles à l'arrivée, pas "la solution miracle"

"Donc nous travaillons actuellement avec les autorités des pays concernés - qui sont des autorités souveraines -, pour voir dans quelles conditions nous pourrions renforcer les contrôles au départ", a-t-elle dit. "Les contrôles à l'arrivée, vous savez, d'abord on peut ne pas avoir de symptômes, on peut venir d'une autre destination (...). Ne faisons pas comme si le contrôle à l'arrivée était la solution miracle", a-t-elle souligné.

Les aéroports de Paris ont en tout cas déjà pris des mesures pour éviter la propagation du virus Ebola, comme l'expliquait mardi Frédéric de Lanouvelle, notre reporter depuis Roissy: "Si un passager présente les symptômes du virus Ebola, il est placé en quarantaine. Une salle est réservée pour cela en bout de piste dans la zone internationale".

"Le risque zéro n'existe pas"

Ce jeudi, Marisol Touraine a redit qu'il n'y avait actuellement aucun cas de malade du virus d'Ebola sur le territoire français. Aucune personne n'est actuellement surveillée "parce que l'on s'inquièterait de savoir si elle pourrait avoir Ebola". L'infirmière de Médecins sans frontières (MSF) qui a eu Ebola est maintenant guérie et sortie de l'hôpital. Elle fait l'objet d'un suivi médical "extrêmement régulier qui va durer quelques semaines, le temps de sa convalescence", a dit la ministre de la Santé.

"Le risque zéro n'existe pas. On ne peut pas écarter a priori la possibilité qu'un cas d'Ebola arrive sur le territoire français", a-t-elle toutefois prévenu. L'épidémie d'Ebola, qui frappe particulièrement le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, a déjà fait près de 3.900 morts.

V.R. avec AFP