BFMTV

Déconfinement: Ndiaye dit non à Hidalgo pour un passage de l'orange au vert en Île-de-France

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - Bertrand GUAY / AFP

La porte-parole du gouvernement a rappelé que les indicateurs sanitaires, "et eux seuls", étaient utilisés pour décider d'un changement de statut d'une région.

Alors que la France vient tout juste d'entamer sa deuxième phase de déconfinament, certains responsables politiques demandent à aller plus loin et plus vite. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a appelé ce jeudi le gouvernement à "un peu plus de pragmatisme" et demandé à "passer au vert" dans la capitale si les indicateurs sanitaires étaient bons.

Invitée ce vendredi dans la matinale de Sud Radio, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a tenu à répondre à l'élue parisienne, faisant part de son étonnement quant à la demande de cette dernière.

"Je suis toujours très étonnée quand les responsables politiques réclament que telle région passe du rouge au vert à l’époque, et maintenant de l’orange au vert. C’est un peu comme si c’était les responsables politiques qui décidaient de la circulation du virus. (...) Ce n''est pas moi, et ce n’est pas Anne Hidalgo qui allons décider du basculement de la région Île-de-France de l'orange au vert, ce seront les indicateurs sanitaires et eux seuls", a-t-elle assuré. 

"La temporalité du virus n'est pas celle de la politique"

Dans la suite de son argumentaire, Sibeth Ndiaye a ensuite souligné qu'il étaient encore prématuré de tirer les conclusions de cette nouvelle phase de déconfinement. 

"Le déconfinement dans sa phase 2 a commencé il y a deux jours. Il faut laisser du temps au temps. C’est vrai qu’on a de l’impatience quand on fait de la politique parce qu’on voudrait que d’un coup on bascule d’un monde à un autre, mais en fait, la vie du virus, et sa temporalité, n’est pas celle de la politique", poursuit-elle. 

La suite de la bataille des parcs

Ces nouvelles déclarations marquent une étape supplémentaire dans la guerre à distance que se jouent depuis plusieurs semaines le gouvernement et la mairie de Paris.

Pendant de longues semaines, Anne Hidalgo avait appelé à une réouverture des parcs et jardins dans la capitale, une demande restée lettre morte jusqu'au lancement de la phase 2. "Au sommet de l’État on a manifestement voulu en faire un sujet ­politique", a assuré auprès du Monde un collaborateur de Jean Castex, le monsieur déconfinement de l'exécutif. Pour cette source, l'édile parisienne avait "raison" de faire une telle demande à l'épouqe.

Bilan avant le 22 juin 

Lors de son entretien; Sibeth Ndiaye a également assuré qu'un "point sera fait fin juin, avant le 22", afin de tirer un premier bilan et de décider de la suite. 

"Il y a des indicateurs sanitaires, qui sont connus, qui sont transparents, et c’est eux qui déterminent les seuils de vigilance. On a partagé très largement lors de la conférence de presse du Premier ministre quels étaient ces indicateurs, quels étaient leur seuil de vigilance", conclut-elle. 
Hugo Septier