BFMTV

"Enfin !": Anne Hidalgo réagit à la réouverture des parcs et jardins à Paris

Anne Hidalgo, candidate à sa réélection à la Mairie de Paris

Anne Hidalgo, candidate à sa réélection à la Mairie de Paris - BERTRAND GUAY / AFP

Anne Hidalgo s'est enthousiasmée de la décision du gouvernement, qu'elle appelait de ses vœux depuis plus de deux semaines.

"Enfin ! Le bon sens a fini par l'emporter", a réagi la maire PS de Paris Anne Hidalgo après l'annonce ce jeudi de "la réouverture des parcs et jardins en zone orange", y compris dans la capitale, une mesure qu'elle réclamait depuis plusieurs semaines contre l'avis du gouvernement.

Édouard Philippe a finalement donné le feu vert pour la deuxième phase de déconfinement face à l'épidémie du coronavirus. Il y aura toutefois, a souligné le Premier ministre, des "contraintes spécifiques dans les zones de vigilance orange", dont fait partie Paris, comme le maintien de la limitation des rassemblements à dix personnes.

"Les Parisiens vont pouvoir à nouveau respirer dans leurs parcs et jardins dès ce week-end", s'est réjouie Anne Hidalgo.

Des consignes seront données vendredi

Son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, a indiqué que la mairie allait préciser vendredi "les consignes à respecter pour cette réouverture à laquelle nous nous préparons depuis déjà plusieurs semaines".

"Les parcs et jardins ont fait l'objet d'un nettoyage approfondi durant leur fermeture. Ils seront ouverts à partir de samedi", a-t-il ajouté.

Dans l'après-midi et avant les annonces du Premier ministre, la mairie avait indiqué sur son site internet que les squares, jardins et parcs parisiens allaient rouvrir à partir du 2 juin.

L'Hôtel de ville a ensuite assuré qu'il s'agissait "d'une erreur interne", assurant attendre "bien évidemment" les déclarations d'Édouard Philippe. 

Une âpre bataille

L'ouverture des parcs et jardins de Paris a donné lieu à une âpre bataille entre Anne Hidalgo et le gouvernement, qui s'y refusait jusqu'alors, en faisant valoir que Paris était classé "rouge".

De nombreuses voix, y compris dans la majorité, s'étaient toutefois ralliés à la position de l'édile socialiste, notamment François Bayrou ainsi que plusieurs médecins.

L'association Respire avait également annoncé lundi avoir déposé un référé-liberté devant le Conseil d'État pour la réouverture des parcs et jardins en zone rouge, estimant leur fermeture contre-productive dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19.

La fermeture de ces espaces entraîne actuellement des "attroupements sur la voie publique transformant les trottoirs ou de simples impasses en lieux de rassemblement", au mépris de la distanciation, a fait valoir l'association.

F.B. avec AFP