BFMTV

Covid-19: Valérie Pécresse avertit d'une situation "alarmante" en Ile-de-France

Valérie Pécresse, invitée de BFM Politique ce dimanche, a indiqué redouter que "l'Île-de-France toute entière passe à l'écarlate" et que de "nouvelles mesures privatives de liberté" soient mises en place.

La présidente (ex-LR) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a averti ce dimanche que la situation sanitaire était "alarmante" en Ile-de-France, en s'inquiétant d'éventuelles "nouvelles mesures privatives de liberté" si toute la région passait en urgence sanitaire.

"La situation dans notre région est alarmante", a-t-elle affirmé sur notre plateau en redoutant "que l'Île-de-France toute entière passe à l'écarlate", la couleur induisant un durcissement des restrictions sanitaires qui concerne actuellement Paris et la petite couronne.

Dans ce contexte "je crains que nous devions faire face dans les jours, dans les semaines qui viennent à des nouvelles mesures privatives de liberté", a-t-elle ajouté.

"J'ai entendu Aurélien Rousseau, le directeur de l'Agence Régionale de Santé, nous dire que la marée allait être forte en Île-de-France", a ajouté la présidente du mouvement Libres!

"Cette information est précieuse, elle nous dit: faisons attention, prenons les mesures, n'attendons pas que le gouvernement soit obligé d'interdire pour faire nous-mêmes ce que nous pouvons", a-t-elle ajouté.

"Faire preuve d'autodiscipline"

Pour limiter la propagation du virus, Valérie Pécresse a appelé à "vraiment faire preuve d'autodiscipline". "Mais j'appelle aussi massivement les entreprises et les administrations au télétravail", a-t-elle ajouté.

Il faut, selon elle, "poursuivre au maximum l'activité (...) parce que derrière il y a l'emploi, la situation sociale des familles, et des personnes qui ne pourront plus payer leur loyer" ou "acheter à manger".

"Je vois monter la pauvreté" en Ile-de-France, a-t-elle souligné en indiquant que la région allait "ranimer cet hiver" le programme de distribution alimentaire dans les villes qu'elle avait mis en place cet été.

Selon elle, "il faut éviter que notre tissu économique ne s'effondre", car "si la société française se clive on peut aller vers une catastrophe sociale".

C.Bo. avec AFP