BFMTV

Coronavirus: pour Macron, il est "trop tôt pour dire si on va vers des reconfinements locaux ou plus larges"

L'éventualité de reconfinements locaux ou plus larges pour endiguer l'épidémie de Covid-19 n'est pas encore envisagée par l'exécutif, a fait savoir Emmanuel Macron ce vendredi depuis l'hôpital de Pontoise.

Le scénario du reconfinement n'est pas encore totalement envisagé par l'exécutif. Alors qu'il était interrogé sur un éventuel durcissement des restrictions pour lutter contre le coronavirus, prenant la forme d'un reconfinement de la population, Emmanuel Macron a assuré ce vendredi qu'il est "trop tôt" pour l'envisager.

"Il est trop tôt aujourd'hui pour dire si l'on va vers des reconfinements locaux ou plus larges. On va essayer à chaque fois d'aller réduire les lieux, les moments, où on a identifié que le virus circulait beaucoup, c'est cette stratégie qu'on va poursuivre" a indiqué le chef de l'État après une visite du centre hospitalier de Pontoise dans le Val-d'Oise.

Les mesures "n'ont pas vocation à être réduites"

Le président a, par ailleurs, souligné que l'ensemble des mesures prises seront effectives "jusqu'à début décembre" et qu'elles n'ont pas vocation "à être réduites".

"On va évaluer chaque semaine l'efficacité des mesures prises, il y a toujours un effet de décalage. Au moins jusqu'à début décembre, nous aurons tout ce qui a été annoncé par le gouvernement. Ces mesures, de manière certaine je peux vous le dire aujourd'hui, n'ont pas vocation à être réduites mais elles seront peut-être renforcées si elles ne sont pas suffisamment efficaces", a-t-il prévenu.

Les mesures pourront être renforcées "soit en s'étendant géographiquement, soit en regardant les lieux, les moments où au fond l'épidémie se propage le plus vite". S'appuyant sur les observations du Conseil scientifique, le chef de l'Etat a assuré se projeter "au mieux jusqu'à l'été prochain", concernant le futur de la pandémie.

Clément Boutin Journaliste BFMTV