BFMTV

Ce que contient l'accord entre Benoît Hamon et Yannick Jadot

Yannick Jadot a rejoint jeudi la campagne de Benoît Hamon.

Yannick Jadot a rejoint jeudi la campagne de Benoît Hamon. - AFP - montage BFMTV

Après plusieurs semaines de tergiversations, le candidat d'Europe écologie-Les Verts a annoncé qu'il se retirait de la course à la présidentielle au profit de Benoît Hamon. Un accord qualifié d'"absolument formidable" par Yannick Jadot, et dont voici les principales mesures.

Plus de quinze jours de négociations et un marathon final ont été nécessaires, mais l'accord est passé. Yannick Jadot a annoncé jeudi qu'il se retirait de la course à la présidentielle au profit de Benoît Hamon. Pour être définitif, cet accord doit être validé par les quelque 17.000 électeurs de la primaire organisée par EELV. Mais l'issue du vote fait peu de doute, car la consultation sur l'ouverture de discussions entre Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot avait réuni près de 90% de suffrages favorables. Le vote électronique final doit se tenir entre vendredi et dimanche. Voici les principales mesures de ce "projet de plateforme présidentielle".

Vie démocratique

L'accord prévoit l'installation d'une conférence citoyenne réunissant 3 collèges (parlementaires, sages et citoyens) dès l'été 2017, et la transmission dans l'année d'un "projet de Constitution pour une VIe République", qui sera soumis à référendum et donnera lieu à de nouvelles élections avant la fin du mandat. Cette nouvelle Constitution "reconnaîtra notamment l'écologie et les biens communs", instaurera "la proportionnelle avec prime majoritaire", la transformation du Sénat et "un septennat présidentiel unique".

Il contient également le projet d'un référendum sur "le droit de vote des étrangers aux élections locales", "la reconnaissance du vote blanc" et "le 49-3 citoyen", une sortie de l'état d'urgence et la création d'un récépissé du contrôle d'identité, une attestation nominative qui accompagnerait chaque contrôle.

Transition énergétique

L'accord prévoit aussi la sortie progressive et intégrale du nucléaire à l'horizon de 25 ans, avec la fermeture des premiers réacteurs pendant le quinquennat, en passant par une étape intermédiaire de 50% d'énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2025. Il mise également sur la fin du projet d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure, avec un stockage en l'état "en sub-surface".

  • Un plan d'efficacité et de sobriété énergétique sont prévus, ainsi que la sortie des énergies fossiles, avec l'objectif d'une France 100% renouvelable à horizon 2050. Il inclut enfin la fin des investissements publics dans les énergies polluantes, une taxe carbone substantielle affectée à la transition écologique et une fiscalité favorable aux transports propres et défavorable aux transports polluants

Europe et international

Sur ces deux plans, l'accord plaide pour avancer vers la convergence fiscale et lutter contre l'évasion fiscale. Pour un audit et une mutualisation de tout ou partie des dettes européennes, pour "une nouvelle solidarité entre pays européens". Pour l'opposition aux traités Tafta et Ceta. Pour une politique migratoire "digne et solidaire". Mais aussi pour la mise en place d'une Union énergétique avec un plan d'investissement de 1.000 milliards d'euros dans la transition, et celle d'une taxe sur les transactions financières.

Enfin, le pacte prévoit de réorienter la politique de la Banque centrale européenne vers "le rachat ou la garantie" de prêts d'investissement ciblés sur la transition énergétique, les transports du quotidien et le numérique.

Transition écologique et sociale de l'économie

Le traité prévoit au moins 50% des marchés publics réservés aux TPE/PME ainsi que des plans zéro déchet et une sortie programmée de l'incinération.

Egalité territoriale

Sur ce point, parmi les mesures proposées: l'interruption de la baisse des dotations aux collectivités territoriales, la décision de privilégier le ferroviaire sur le routier et la mise en place d'une Conférence de consensus "lorsqu'est établie l'existence d'un lourd impact écologique d'un grand projet d'investissement local ou national". A ce titre, deux conférences de consensus seront réunies sur Notre-Dame-des-Landes et sur la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin (Tav).

Santé environnementale, alimentation et agriculture

  • Sur ces thématiques particulièrement chère aux deux candidats, le traité prévoit tout d'abord la sortie du diesel à l'horizon 2025, l'interdiction des pesticides et des perturbateurs endocriniens, la création de maisons publiques de santé sur l'ensemble du territoire. Mais aussi un Grenelle de l'alimentation et de l'agriculture dès la première année, le développement du bio dans la restauration collective et enfin la légalisation du cannabis.

Travail

Benoît Hamon et Yannick Jadot se sont mis d'accord sur une abrogation de la loi Travail et la création d'une nouvelle loi poursuivant la réduction du temps de travail, renforçant le compte pénibilité et améliorant le compte personnel d'activité. Mais aussi sur la mise en oeuvre progressive du revenu universel d'existence avec revalorisation du RSA à 600 euros, puis automatisation pour personnes éligibles et extension aux 18-25 ans. Et sur la fusion de la CSG avec l'impôt sur le revenu.

Précarité

Le traité contient enfin une revalorisation du Smic, des minima sociaux et du point d'indice des fonctionnaires. Ainsi que la création de 150.000 logements sociaux par an. 

dossier :

Benoît Hamon

C.V. avec AFP