BFMTV

Catherine Barbaroux, la "caution de gauche" de Macron devenue présidente d'En Marche!

Catherine Barbaroux, la nouvelle présidente d'En Marche! le 9 novembre 2015 à Paris

Catherine Barbaroux, la nouvelle présidente d'En Marche! le 9 novembre 2015 à Paris - Lionel Bonaventure-AFP

Elle se présente comme une femme de gauche. Catherine Barbaroux, qui était jusqu'à présent déléguée d'En Marche! est devenue ce lundi présidente du mouvement fondé par Emmanuel Macron. "J'appartiens à la famille socialiste, mais à cette famille ouverte."

Catherine Barbaroux, jusqu'à présent déléguée d'En Marche! a été nommée présidente par intérim pour succéder à Emmanuel Macron, a annoncé ce lundi Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement, lors d'une conférence de presse.

"J'en ai vu passer des politiques mais aucun autant à l'écoute"

Âgée de 68 ans, elle a rencontré le fondateur d'En Marche! -mouvement qui va changer de nom à l'occasion des législatives pour s'appeler La République en marche- alors que ce dernier était ministre de l'Économie. Catherine Barbaroux était à cette époque présidente de l'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie) qui promeut le micro-crédit. Et avait remis au ministre un rapport sur l'entrepreneuriat individuel.

"J'en ai vu passer, des hommes politiques, mais je n'en ai vu aucun qui soit autant à l'écoute, authentique, et à l'aise avec les gens", assure-t-elle sur le site d'En Marche! qui la présente comme une "fille d'immigrés espagnols" qui "a gravi une à une les marches de l'ascension sociale". 

"Lutter de l'intérieur contre cette avancée de l'extrémisme"

En mars 2016, la sexagénaire a mis fin à ses fonctions au sein de l'Adie pour participer, "d'une façon ou d'une autre à la campagne présidentielle", comme elle le rappelait dans une interview à L'Obs. "Je voulais lutter de l'intérieur contre cette avancée inquiétante de l'extrémisme. Je ne pouvais pas laisser la France dériver vers le FN sans rien faire."

"Emmanuel Macron m'a appelée quelques jours après mon départ de l'Adie en me disant: 'Il y a des conservateurs dans chaque bord et des progressistes à droite comme à gauche. Il faut dépasser ce clivage'."

Chargée de l'insertion, l'économie sociale et solidaire

Inconnue du grand public, Catherine Barbaroux était jusqu'à ce lundi l'une des neuf ambassadeurs du mouvement lancé en avril 2016 par celui qui est devenu le 8e président de la Ve République. Elle était chargée de l'insertion, l'économie sociale et solidaire, l'entrepreneuriat populaire et la formation.

Elle a également été la déléguée générale à l'emploi et à la formation professionnelle auprès du ministère du Travail pour quatre ministres successifs -Martine Aubry, Élisabeth Guigou, François Fillon et Jean-Louis Borloo. Durant sa carrière professionnelle -Catherine Barbaroux est à la retraite depuis 2010- la sexagénaire a travaillé à la direction des ressources humaines de Prisunic et du groupe Pinault-Printemps-Redoute avant d'être licenciée.

"J'ai toujours été en accord avec la gauche"

Elle incarne la "caution de gauche" d'Emmanuel Macron. D'ailleurs, elle se présente elle-même comme "l'aile gauche d'En Marche!" "J'ai toujours été en accord avec la gauche et je me sens fidèle à mon engagement", ajoutait-elle pour L'Obs.

Catherine Barbaroux a participé à la première campagne de François Mitterrand en 1974 alors qu'elle était encore étudiante à l'Institut d'études politiques de Paris. Elle a également été la directrice de cabinet de Michel Crépeau, député, ancien ministre de François Mitterrand et candidat malheureux du Mouvement des radicaux de gauche à la présidentielle de 1981.

"Cela ressemble beaucoup à la campagne de 1981"

"C'est drôle de se retrouver si longtemps après dans une campagne qui se veut aussi à l'écoute de l'engagement citoyen. C'est très joyeux et cela ressemble beaucoup à la campagne de 1981 que j'ai vécue aux côtés de Michel Crépeau, ajoutait-elle pour l'hebdomadaire. Il y a ce même enthousiasme, ce besoin de changer la vie. Je pense qu'on est en train d'écrire la fin d'une histoire politique commencée avec de Gaulle. C'est la fin du bipartisme."

Catherine Barbaroux s'est même engagée pour le Parti socialiste: elle a été membre de la Haute autorité de la primaire socialiste en 2012. La nouvelle présidente d'En Marche assure appartenir "à la famille socialiste, mais à cette famille ouverte". Son mandat court jusqu'au congrès fondateur de La République en marche à la mi-juillet.
Céline Hussonnois-Alaya