BFMTV

CAFE POLITIQUE - Hollande, président des intempéries

François Hollande le 15 mai 2012, le jous de son investiture.

François Hollande le 15 mai 2012, le jous de son investiture. - -

Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'information politique. Aujourd'hui, Mazarine Pingeot juge le président, l'apprentissage de la démocratie à l'UMP et les intempéries sous François Hollande.

François Hollande, président des intempéries

Le président de la République ne fait peut-être pas encore la pluie et le beau temps, mais "l'exécutif a une énorme influence sur la perception du climat", estime Le Figaro.

Selon le chroniqueur économique Jean-Pierre Robin, si les Français se plaignent autant du climat, c'est en partie à cause de la situation économique et de leurs "difficultés matérielles, au demeurant peu contestables".

Rappelons-le, 160 jours de pluie ont été recensés lors de la première année du quinquennat de François Hollande, rappelait BFMTV.com. "Gouverner c'est pleuvoir", ironisait François Hollande. Un humour que Le Figaro ne semble pas goûter. "L'image de François Hollande est celle d'un président subissant la pluie et se débattant avec une crise économique féroce", analyse le quotidien, qui lui conseille de s'inspirer... de Louis XIV.

A son époque, le roi Soleil a dû faire face à un "petit âge glaciaire", ce qui ne l'a pas empêché d'adopter l'astre comme emblème. Le journal rappelle notamment la tenue de danse du souverain et conclut: "plutôt que de potasser ses dossiers fiscaux - son entourage le surnomme 'le chef du bureau fiscal' - François Hollande serait bien avisé de prendre des cours de danse de façon à rayonner un peu. "

Mazarine: "Ce qui y a de Mitterrand en Hollande? Rien?"

De prime abord, Mazarine Pingeot, fille de François Mitterrand ne voit pas trop de comparaison possible entre son père et l'actuel chef de l'Etat. "Qu'est-ce qu'il y a de Mitterrand en Hollande? J'en sais rien. Rien?", répond-elle spontanément, interrogée par Europe 1... avant de se rattraper et de leur trouver un point commun. "Il y a une ténacité, une persévérance, une façon de demeurer indifférent à la critique et au regard des autres, ce qui est, je pense une qualité pour être président", consent-elle.

L'UMP apprend la démocratie, saison 2

C’est apparemment le dernier élément de langage à la mode à l’UMP. "Nous apprenons effectivement la démocratie, c'est assez nouveau", a affirmé Jean-François Copé, président du parti, invité sur Canal+ à justifier les couacs de la primaire organisée à Paris. "Pour ce qui que me concerne, je considère que c'est indispensable. Nous avons d'ailleurs changé nos statuts pour que, dans ce domaine, on progresse. J'espère que pour les primaires de 2016, nous serons au point. C'est l'engagement que je prends avec le sourire!"

La petite phrase n'est, semble-t-il, pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Elle est reprise ce lundi matin, par Luc Chatel. Dans un entretien au Parisien, l'ancien ministre estime que "ce qui se passe à Paris montre que la démocratie est un apprentissage".

Ce n'est pas la première fois que l'UMP use de cette formule face aux déboires d'une élection interne. Valérie Pécresse l'employait déjà l'an dernier, lors du duel entre Jean-François Copé et François Fillon pour la tête du parti. "Nous faisons l'apprentissage de la démocratie, c'est un apprentissage douloureux", avait-elle alors déclaré.

Des excréments pour Hélène Mandroux

Le premier mariage homo célébré, la tension n’est pas retombée à Montpellier. Hélène Mandroux, la maire de la ville, qui a célébré mercredi l’union de Vincent et Bruno, a reçu cette semaine de nombreuses lettres d’insultes et de menaces, indique le Midi Libre. "Dans le courrier, les agents municipaux ont même trouvé un colis contenant des matières fécales", précise le journal.

Najat Vallaud-Belkacem répond aux internautes

Il est encore temps de vous inscrire pour me poser une question en direct lors du 1er porte-parolat numérique gouvernement.fr/porte-parole/n... #PPnum
— Najat Belkacem (@najatvb) 1 juin 2013

Si vous voulez poser une question à Najat Vallaud-Belkacem, c'est le moment ou jamais. La ministre organise son premier "porte-parolat décentralisé sur internet", le jeudi 6 juin à 19h00. Neuf internautes seront sélectionnés pour participer à sa visio-conférence et échanger directement avec elle. Pour les autres, il faudra se contenter de tweeter sa question à @najatvb en utilisant le hashtag dédié #PPnum.

Pour s'inscrire : http://www.gouvernement.fr/porte-parole/numerique

Mathieu Dehlinger