BFMTV

CAFÉ POLITIQUE - Fillon se lâche, Brignoles déchire la gauche et Mme Valls n'a rien dit

Interviewé dans le "Journal du Dimanche," François Fillon règle ses comptes avec Nicolas Sarkozy

Interviewé dans le "Journal du Dimanche," François Fillon règle ses comptes avec Nicolas Sarkozy - -

Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité politique. Aujourd'hui, François Fillon se lâche et dézingue Nicolas Sarkozy, et Anne Gravoin (Mme Valls) n'a jamais accordé d'interview au journal espagnol ABC.

> La vraie-fausse interview d'Anne Gravoin

Si Anne Gravoin est bel et bien amoureuse de son ministre de l'Intérieur de mari, elle ne l'a jamais dit à la presse espagnole. Le 30 septembre dernier, le journal espagnol ABC publiait un article, repris un peu partout dans la presse française, y compris par BFMTV.com, dans lequel la violoniste s'épanchait sur le couple qu'elle forme avec Manuel Valls.

Or, selon le site jeanmarmorandini.com, Anne Gravoin n'aurait pas accordé d'interview au journal ABC. Ce que confirme Le Lab d'Europe 1, qui a joint l'auteur de l'article. Il n'a pas rencontré l'épouse de Manuel Valls mais a pioché dans la presse française des déclarations qu'elle y aurait faites, sans toutefois citer ses sources.

> Fillon va "casser un peu de vaisselle"

Interviewé dans le Journal du Dimanche, François Fillon règle ses comptes avec Nicolas Sarkozy et hausse le ton. L'ex bon petit soldat du président s'affirme et déclare ainsi "pendant un an à chacune de nos rencontres, Nicolas me disait: "T'es le meilleur"; "c'est ton tour". Il m'encourageait. Et puis à peine sorti, il recevait mes amis pour me critiquer. A un moment on en a marre."

L'ancien Premier ministre, qui assume être "en compétition" avec Nicolas Sarkozy en profite pour briser son image: "Il faut que je me libère. Evidemment je vais casser un peu de vaisselle. Tout le monde m'a reproché une image lisse et des sondages à la Simone Veil ou à la Balladur. Eh bien, l'image ne colle pas à la réalité."

> Assouline reproche Brignoles à Mélenchon

Pour le porte-parole du Parti socialiste, interrogé lundi matin sur Europe 1, les résultats de Brignoles sont la responsabilité de l'UMP, dont le style d'opposition "encourage le vote FN". Mais David Assouline décoche également quelques piques à gauche. "Je le dis à Jean-Luc Mélenchon: qu'il se rende bien compte de la responsabilité qu'il prend à continuer à faire du PS et du gouvernement son ennemi principal quand le FN est aux portes de beaucoup de villes."

Pour David Assouline enfin, "le Front national est un parti d'extrême droite à caractère xénophobe". Et de dresser un parallèle avec l'avant guerre: "Dans les années 1930, l'extrême droite, la vraie, celle qui veut le pouvoir, elle se disait sociale, contre la finance, désignait l'étranger comme l'ennemi de l'intérieur, elle se voulait étatiste."

> Mélenchon lui répond

"Le principal pourvoyeur des voix du FN est à l'Elysée" a répondu Jean-Luc Mélenchon sur France Inter lundi matin.

Pour le leader du Front de gauche, "la responsabilité pleine et entière repose sur des politiciens de seconde main comme ce David Assouline qui passe son temps à aboyer! Si c’est la réponse des socialistes à la situation de Brignoles: m’injurier et les rendre les autres coupables de leur turpitude, nous allons aux devants de nouveaux désastres!"

> Brignoles: l'extrême droite appelle à voter UMP

C'est un outsider dissident. Jean-Paul Dispard, candidat d'extrême droite, à Brignoles est un dissident du Front national. Son mouvement, le Parti de la France a obtenu 9,1%. Pour le second tour, Jean-Paul a appelé lundi sur l'antenne de BFMTV à voter... UMP.

"J'ai été exclu du Front national, donc j'appelle à voter pour la candidate de droite, l'UMP", a-t-il ainsi déclaré. Se reconnaît-il dans ce que dit la candidate UMP? "Mais bien sûr, c'est tous des amis, à droite".

Magali Rangin