BFMTV

Blanquer annonce la fermeture d'un établissement scolaire clandestin musulman à Marseille

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation, au micro de Jean-Jacques Bourdin

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation, au micro de Jean-Jacques Bourdin - BFMTV

Sur BFMTV, le ministre de l'Éducation a annoncé que cet établissement marseillais était relié à l'islamisme fondamentaliste, "en l'occurrence salafiste".

Un établissement scolaire clandestin musulman est en cours de fermeture, a confirmé Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation sur BFMTV ce mardi. Il s'agit d'une école dans le 14ème arrondissement de Marseille, reliée à l'islamisme fondamentaliste, "en l'occurrence salafiste" a déclaré le ministre.

"Comme souvent les écoles clandestines c'est un petit nombre" a continué Jean-Michel Blanquer, qui déclare qu'il y avait une "vingtaine d'élèves" dans cet établissement. Selon les informations de BFMTV, ils avaient entre 3 et 9 ans et les petites filles étaient voilées.

"Ils étaient déclarés comme faisant l'objet d'une instruction à domicile, donc il y a eu un mensonge", a expliqué le ministre, qui a aussitôt annoncé que "ces enfants seront rescolarisés".

Les règles d'hygiène et de sécurité non respectées

D'après des informations de BFMTV, parmi les raisons pour lesquelles l'école a été fermée: le non respect de conditions d'hygiène et des sorties de secours pas aux normes. Le personnel était bénévole dans cet établissement.

Toujours selon les informations de BFMTV, deux écoles étaient, au départ, surveillées. Les agents du commissariat d'arrondissement avaient remarqué les allées et venues d'enfants, la préfecture a donc décidé de procéder à des contrôles simultanés le 4 décembre dernier en fin de matinée sur deux écoles coraniques.

D'autres écoles dans le viseur

"Nous ne voulons pas que des enfants se fassent endoctriner petits, de cette façon là" a continué Jean-Michel Blanquer, qui a au passage vanté l'arsenal juridique mis en place par son ministère pour fermer une école "qui n'est pas dans les normes", "qui peut poser un problème du point de vue de l'ordre public" ou "du respect des règles de base de l'Éducation nationale".

Les écoles hors-contrat, et/ou non déclarées, potentiellement concernées par ces interventions ne sont pas forcément religieuses.

"C'est la première [fermeture] ce ne sera pas la dernière" a assuré le ministre de l'Éducation, déclarant que "quelques autres [écoles] seront fermées au cours des prochaines semaines".

Selon Jean-Michel Blanquer, "il y a 800 signalements" de manquements à la laïcité dans les établissements scolaires français, depuis la mise en place des "équipes laïcité", il y a six mois. Sur ces 800 cas, "40 ont nécessité une intervention de nos équipes laïcité, et à chaque fois nous trouvons une solution."

Salomé Vincendon