BFM Business

Jean-Michel Blanquer fait face à sa première journée de grève unitaire à l'Éducation nationale

Des manifestations sont prévues dans les grandes villes tandis qu'à Paris un cortège s'élancera ce lundi à 14H00 pour rallier le ministère.

Des manifestations sont prévues dans les grandes villes tandis qu'à Paris un cortège s'élancera ce lundi à 14H00 pour rallier le ministère. - Patrick Kovarick-AFP

Tous les syndicats des personnels de l'Education appellent à la grève lundi pour dénoncer les suppressions de postes, un mouvement qui risque de perturber la journée de classe dans les écoles, collèges et lycées.

L'état de grâce du ministre de l'Éducation nationale est bel et bien fini. Pour la première fois depuis 2011, tous les syndicats représentant l'ensemble des personnels de l'Éducation appellent à la grève ce lundi pour dénoncer les suppressions de postes. Des manifestations sont prévues dans les grandes villes tandis qu'à Paris un cortège s'élancera à 14H00 pour rallier le ministère..

Le budget 2019, dont le volet Éducation nationale sera discuté en plénière mardi 13 novembre à l'Assemblée nationale, prévoit de supprimer 2.650 postes dans les collèges et lycées publics, 550 dans le privé, 400 dans l'administration. Quelque 1.800 postes seront créés au primaire, en vertu de "la priorité au primaire" voulue par le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer.

Pour le Snuipp-FSU, il n'y a pas assez de créations de postes dans le primaire

Les syndicats des fédérations FSU, CFDT et Unsa, dans le primaire (écoles maternelles et élémentaires) et le secondaire (collèges et lycées) ont appelé à la grève, dans le public et le privé, pour réclamer l'annulation de ces suppressions de postes. Les syndicats Éducation nationale d'autres fédérations (CGT, Sud, FO) ont eux aussi appelé au mouvement, contre les suppressions de postes mais aussi contre la réforme de l'enseignement professionnel, la réforme du lycée et plus largement contre "la casse du statut général de la fonction publique".

De son côté, le Snuipp-FSU, premier syndicat dans le primaire, s'agace d'"une pseudo-priorité" donnée au primaire, affirmant que les postes créés sont loin de couvrir les besoins nés du dédoublement des classes de CP et CE1 en zone d'éducation prioritaire.

Incompréhension vis-à-vis des suppressions de postes

Les personnels "ne comprennent pas" les réductions d'effectifs dans le secondaire, au regard de la poussée démographique attendue en collèges et lycées, souligne Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT. L'agence des statistiques du ministère de l'Éducation, la Depp, prévoit une hausse de 40.000 élèves à chaque rentrée entre 2019 et 2021.

Ces suppressions annoncées passent d'autant moins après le mouvement #PasDeVague suscité par le braquage, avec une arme factice, d'une enseignante par un lycéen, au sein d'un établissement de Créteil en octobre, ajoute Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU, premier syndicat dans le secondaire.

Le nombre des suppressions de postes peut paraître faible par rapport à la totalité des agents de l'Éducation nationale (environ un million), mais les syndicats s'attendent à ce qu'elles soient suivies d'autres réductions d'effectifs.

Emmanuel Macron a indiqué vouloir supprimer 50.000 postes dans la fonction publique d'État d'ici 2022. L'Éducation nationale, qui représente la moitié des effectifs de cette branche de la fonction publique, risque d'être largement mise à contribution, estime Frédérique Rolet.

F.B avec AFP