BFMTV

Bayrou sur RMC : « On a besoin d’une politique de reconstruction nationale »

François Bayrou estime que la France doit assumer ses erreurs et ne pas repprocher à l'Europe la crise.

François Bayrou estime que la France doit assumer ses erreurs et ne pas repprocher à l'Europe la crise. - -

François Bayrou, invité sur RMC et BFMTV ce mercredi matin, appelle à un gouvernement d'unité nationale dans une équipe resserrée. Le président du Modem souhaite que cette unité nationale permette quatre ou cinq grandes réformes qu’il juge nécessaire, comme la réforme des retraites, des collectivités ou encore du droit du travail.

Invité sur RMC et BFMTV ce mercredi matin, François Bayrou continue de se placer en rassembleur. Le président du Modem appelle à un gouvernement d’unité nationale, une idée qui séduit de plus en plus les Français. Selon lui, les difficultés ne viennent pas de l'Union européenne mais bien de la France, qui doit mener de grandes réformes.

Sur les événements du Trocadéro :

8h54 - François Bayrou : « Les services dont Manuel Valls est le chef ont une part de responsabilité. Mais il faut identifier deux choses. D’abord, les renseignements, peut-être pas organisés comme il faut. Il est impensable que les bandes de casseurs, venus en transports en commun, donc repérables, n’aient pas été ciblées pour prévenir les débordements. Ensuite, pourquoi a-t-on accepté que la manifestation ait lieu à cet endroit ? Les pouvoirs publics ont une responsabilité. Mais le club aussi, qui doit avoir un service d’ordre ».

Sur l'austérité & les retraites :

8h52 - François Bayrou : « Dire que l’austérité est imposée par l’Europe, c’est un faux débat. Tout est imposé par la situation de la France. Ne vous étonnez pas de voir le pouvoir d’achat des Français baisser ».

8h50 - François Bayrou : « Il y a une solution, que je défends depuis 10 ans, la retraite par points. Au lieu d’avoir un âge unique de départ, chaque travailleur français se constitue un compte, où on prend en compte les maternités, la pénibilité, etc. C’est une réforme qui aurait dû s’imposer depuis des années. Il y a un an, l’opposition socialiste disait qu’il n’y avait pas besoin de réforme des retraites. Aujourd’hui, ils vont devoir faire le contraire. Ça veut dire que c’est indispensable ».

Quelles grandes réformes ?

8h48 - François Bayrou : « Les changements que nous avons à apporter, ce n’est pas pour l’Europe. L’exigence principale ne doit pas être celle de l’Europe, mais celle des Français. Ce n’est pas la faute de l’Europe si on n’arrive pas à apprendre à lire et compter aux écoliers français ! Les problèmes sont chez nous ».

8h46 - François Bayrou : « Une réforme pour soutenir les petites entreprises, une réforme du droit du travail, sans doute aussi du temps de travail. Ils ont besoin d’avoir la certitude que nous sommes un pays qui les aide et même les aime ».

Faut-il un remaniement ?

8h46 - François Bayrou : « Le remaniement est inéluctable. C’est un gouvernement trop nombreux, pléthorique, donc inefficace et au passage trop cher. Le summum du summum est Bercy. Quand vous avez 7 ministres qui ne s’entendent pas pour construire la politique économique de la France, il faudra clarifier la politique économique ».

François Bayrou, Premier ministre d'un gouvernement « d'unité nationale ? »

8h42 - François Bayrou : « Ce n’est pas dans l’esprit de François Hollande, ni dans le mien. Reconstruire impose des décisions fortes, claires, en résistant à la démagogie et l’impopularité. Il faut pour ça élargir la base du soutien dans le pays. J’ai toujours pris mes responsabilités, et je ne les éluderai pas ».

8h38 - François Bayrou : « On ne va pas mettre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon dans le même gouvernement, ce serait baroque. Il est scandaleux qu’ils ne soient pas plus représentés à l’Assemblée nationale, c’est un scandale démocratique. Mais la situation du pays exige que l’on reconstruise, pas seulement en surface. Nous avons besoin d’une reconstruction massive des grands piliers de la France : reconstruire l’Etat, devenu inefficace ; faire la réforme des retraites ; sortir du labyrinthe des collectivités locales, bref, d’une politique de reconstruction nationale. Cette politique ne peut pas être construite par la majorité minuscule actuelle. L’unité nationale, c’est pouvoir tomber d’accord sur quatre ou cinq grandes réformes indispensables ».

La France entre en récession ce mercredi :

8h36 - François Bayrou : « Je ne suis pas surpris. La récession est partout. On ne produit plus, et le nombre de foyers augmente d’1% par an, il n’est pas étonnant qu’il y ait moins à partager ».

Retrouvez aussi le direct de Bourdin & Co de ce mercredi matin.

Mathias Chaillot avec Jean-François Achilli