BFMTV

Assouplissement des restrictions anti-Covid: pourquoi Emmanuel Macron parle de "4 à 6 semaines"?

Le président français Emmanuel Macron ajuste son masque lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité de l'ONU le 23 février 2021

Le président français Emmanuel Macron ajuste son masque lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité de l'ONU le 23 février 2021 - Christophe PETIT TESSON © 2019 AFP

L'exécutif espère que dans quatre à six semaines, les effets de la vaccination commenceront à se faire sentir sur le territoire, réduisant les contaminations de Covid-19.

"Quatre à six semaines". Interpellé lundi par un jeune homme qui lui demandait de "prolonger jusqu'à 19h le couvre-feu, parce que c'est dur", Emmanuel Macron lui a demandé, en souriant, de "tenir encore quelques semaines", avant de préciser, "quatre à six semaines".

Selon les informations de BFMTV, cette période estimée par l'exécutif fait référence à l’avancée de la vaccination en France, en particulier chez les personnes les plus âgées. L'idée est que, dans quatre à six semaines, plus de Français seront vaccinés, et il y aura eu des avancées sur les traitements anti-Covid-19, ce qui permettrait d'avoir une diminution de l'épidémie.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi dernier qu'à la mi-mai, "la totalité des personnes de plus de 50 ans se seront vu proposer une première injection" contre le Covid-19. Pour l'heure, près de trois millions de personnes ont reçu au moins une dose, dont 1,561 million deux doses.

De nouvelles restrictions envisageables

L'Élysée précise toutefois auprès de BFMTV que cette échéance ne signifie pas que les restrictions actuelles disparaîtront courant mars, et souligne que de nouvelles mesures pourraient également être promulguées d'ici-là. Toutefois, l'exécutif souhaite toujours tout faire pour éviter un confinement national qui doit être le dernier recours, et privilégiera la gestion territoriale.

Les communes situées sur la zone littorale des Alpes-Maritimes et la ville de Dunkerque (Nord) ont par exemple mis en place un confinement le week-end, en raison de la trop forte circulation du SARS-CoV-2 sur leur territoire. D'éventuelles nouvelles restrictions à Paris et en Île-de-France sont également au coeur de réunions prévues ce lundi.

Après une légère accalmie, les taux de contamination repartent à la hausse en France, avec une augmentation du nombre de cas, mais aussi du taux d'incidence. Dans son dernier bilan, Santé Publique France note que les "indicateurs se maintiennent à un niveau très élevé, témoignant de l’intensité de la circulation du SARS-CoV-2 sur le territoire".

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV