BFMTV

Alexis Corbière alerte sur la "radicalisation" des gilets jaunes, "des gens honnêtes"

Le député de la France insoumise a appelé le gouvernement à "entendre la colère" des Français.

Invité de Bruce Toussaint ce dimanche soir pour Et en Même Temps sur BFMTV, Alexis Corbière est revenu sur les violences qui ont émaillé la mobilisation des gilets jaunes sur les Champs-Elysées la veille. Le député La France insoumise a appelé l'exécutif et le gouvernement à "entendre" et à "répondre" à la colère des Français, "un peuple mobilisé qui réclame de la justice", face à un "pouvoir arrogant. Il a aussi alerté sur la radicalisation de certains manifestants.

"Vous avez des gens qui sont en train de se radicaliser, qui sont des gens honnêtes qui n'aiment pas le désordre, mais qui, hier, ne désapprouvaient pas ce qui se passait sur les Champs-Elysées. Et ça il faut le comprendre, c’est cette colère qui monte, et la colère quand elle monte, si on dit ‘je ne l’entends pas’, tout va exploser", a-t-il insisté.

"Un grand mouvement populaire"

Le député a décrit un "mouvement très large, qui porte en lui des contradictions", avec parfois "des choses dans lesquelles (il ne se) reconnaît pas", "mais qui dit 'on en a assez'". Appelant au calme après ces violences localisées à Paris, il a insisté sur la nécessité de "manifester pacifiquement". 

Invité à réagir aux agressions qui ont émaillé le mouvement, à caractère homophobe ou islamophobe notamment, il a dénoncé des actes "odieux", citant l'exemple des gilets jaunes qui ont livré à la gendarmerie des migrants retrouvés dans un camion. Alexis Corbière a appelé à se méfier de "l'effet loupe" que peut entraîner l'attention portée à ces actes, en défendant "un grand mouvement populaire qui ne peut pas se résumer" à ce type d'actes.

Sur le plan politique, l'élu a par ailleurs proposé de rétablir l'impôt sur la fortune, ce qui selon lui débloquerait "la situation" si en échange le gouvernement revenait sur l'augmentation de la taxe sur les carburants prévue pour le mois de janvier.
Charlie Vandekerkhove