BFMTV

Gilets jaunes: imbroglio autour d'un nouveau rassemblement samedi prochain à Paris

-

- - JEFF PACHOUD / AFP

Au lendemain de la mobilisation nationale du 24 novembre, un nouvel appel à manifester le samedi 1er décembre, a été lancé sur Facebook. Plus de 100.000 internautes se disent "intéressés" par l'événement.

"Acte 3 Macron démissionne!". Au lendemain d'une deuxième grande journée de mobilisation, marquée par des violences à Paris, certains gilets Jaunes ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin. Un événement Facebook concernant un "Acte 3" du mouvement propose un rassemblement au même endroit que le précédent, sur les Champs-Elysées, samedi 1er décembre.

"En marche vers la démission de Macron"

Ce dimanche dans la soirée, la page de l'événement sur Facebook, intitulé "Acte 3, Macron démissionne!", recensait déjà plus de 22.000 personnes souhaitant participer et 109.000 autres se disant "intéressées".

Au chapitre de leurs revendications, ces gilets Jaunes énumèrent "plus de pouvoir d'achat" et "l'annulation des taxes sur les carburants". "Sinon, en marche vers la démission de Macron", préviennent-ils.

Mais certains organisateurs locaux se montrent frileux sur le sujet, comme Éric Drouet, porte-parole des gilets jaunes de Seine-et-Marne, qui déclare à BFMTV:

"Je vous confirme qu'un nouveau rendez-vous a été crée, pas par nous, mais il existe bien."

Benjamin Cauchy, porte-parole des gilets jaunes de Haute-Garonne, a lui nié toute manifestation parisienne: "Pas de rassemblement samedi prochain" a-t-il déclaré. Laëtitia Dewalle, représentante du Val d'Oise, rappelle qu'elle n'est pas "organisatrice" du mouvement et assure n'être "au courant de rien. Ni dans un sens ni dans l'autre."

"Il faudra faire ça proprement"

De toute évidence, les organisateurs de cet événement souhaitent que cette nouvelle démonstration de force se déroule dans le calme, au contraire des deux précédentes marches émaillées par les accidents dramatiques et les échauffourées.

"Il faudra faire ça proprement. Aucune casse et 5 millions de Français dans la rue", demandent les organisateurs.

Pour ce faire, ils avancent l'idée de mettre en place un service d'ordre, des "gilets rouges" chargés de sécuriser la manifestations. "Il ne faut surtout pas se mettre la population à dos. Faisons attention à notre image", prévient la page Facebook.

La manifestation de samedi a donné lieu à 103 interpellations et 101 gardes à vue parmi les rangs des gilets jaunes. 24 personnes ont été blessées dont 5 du côté des forces de l'ordre.

C.R., S.V. avec Lara Tchekov