BFMTV

Agressions, gifles, jets d'œufs et de farine: une campagne violente

François Fillon enfariné.

François Fillon enfariné. - AFP

Les campagnes présidentielle et législatives ont été marquées cette année par des attaques physiques contre plusieurs candidats.

Une campagne électorale induit toujours une dose de violence symbolique. Il est plus rare que cette violence devienne physique, comme ce jeudi, lorsque Nathalie Kosciusko-Morizet a été agressée sur un marché du 5e arrondissement de Paris. À ce titre, les campagnes présidentielle et législatives, précédées des primaires, ont été marquées par plusieurs incidents au cours desquels des candidats ont été physiquement pris à partie par des électeurs.

Les responsables politiques ont dû aller à la rencontre des Français dans un climat particulièrement tendu. En cause, le caractère extrêmement indécis de l'élection présidentielle, mêlé à un sentiment de défiance des citoyens que les affaires politico-financières n'ont rien fait pour apaiser. Quelques jours avant l'élection, François Fillon et Emmanuel Macron étaient même les cibles de projets terroristes.

Retour sur quelques-uns des incidents marquants de cette campagne. 

Nathalie Kosciusko-Morizet agressée sur un marché parisien

La députée sortante, candidate aux législatives dans la 2e circonscription de Paris, a été agressée ce jeudi sur un marché par un passant. Selon l'entourage de NKM, un homme l'a approchée en la traitant de "bobo de merde". Il lui a également lancé "c'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire", ajoutant "retournez dans l'Essonne!", dont elle est actuellement députée. Il a ensuite tenté de lui donner un coup au visage. Déséquilibrée, NKM a chuté sur le sol et a perdu connaissance pendant plusieurs minutes, avant d'être prise en charge par les pompiers. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion puis conduite à l'hôpital Cochin.

Manuel Valls giflé à Lamballe

Alors qu'il se trouvait en campagne pour la primaire de la Belle alliance populaire avec Jean-Yves Le Drian à Lamballe, dans les Côtes-d'Armor, l'ancien Premier ministre Manuel Valls a été giflé à la sortie de la mairie par Nolan Lapie, qui s'est depuis présenté contre lui comme suppléant de Dieudonné dans la première circonscription de l'Essonne. Manuel Valls avait également été visé par des jets de farine par un opposant à la loi Travail en décembre à Strasbourg.

François Fillon enfariné en meeting

"J'espère au moins que la farine était française", avait lancé à la tribune François Fillon début avril, après en avoir été recouvert d'un sachet entier lors de son meeting de Strasbourg. Dans la tourmente des affaires, le candidat Les Républicains avait été enfariné par un jeune homme infiltré dans la réunion publique. "Lobbyiste!" avait hurlé le jeune homme avant de recouvrir de farine l'ancien Premier ministre.

Emmanuel Macron visé par des jets d'œufs

Au Salon de l'agriculture début mars, le candidat Macron avait été la cible de jets d'œufs, et en avait reçu un en pleine tête. "Il y aura toujours des imbéciles, cela fait partie du folklore", avait-il déclaré, très calme (comme en atteste le documentaire de TF1 Macron: les coulisses d'une victoire). Ce n'était pas la première fois que le futur président de la République affrontait ce genre d'incident. Encore ministre de l'Économie, il avait également reçu des œufs à la poste de Montreuil, en Seine-Saint-Denis, en juin 2016.

Louis Nadau