BFMTV

Paris: Nathalie Kosciusko-Morizet fait un malaise après une altercation avec un passant 

En campagne pour le second tour des législatives dans la deuxième circonscription de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a été agressée par un homme qui a pris la fuite. La candidate est toujours hospitalisée, sa directrice de campagne a annoncé avoir porté plainte et une enquête pour violences volontaires a été ouverte.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR aux législatives à Paris, a fait un malaise jeudi matin après une altercation avec un passant, en campagne sur un marché dans le Ve arrondissement. 

L'ancienne ministre, en ballottage défavorable dans la 2e circonscription de Paris face à un candidat LREM, a perdu connaissance durant plusieurs minutes. Les pompiers sont intervenus, sur ce marché de la place Maubert. 

Hospitalisée à Cochin

Selon l'entourage de Nathalie Kosciusko-Morizet, un homme l'a approchée en la traitant de "bobo de merde" lui lançant également "c'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire", ajoutant "Retournez dans l'Essonne!", dont elle est actuellement députée.

Il a ensuite tenté de lui donner un coup au visage. Déséquilibrée NKM, a chuté sur le sol et est resté inconsciente quelques minutes, puis a été prise en charge par les pompiers. Se tenant la tête, elle a été installée dans leur camion et conduite à l'hôpital Cochin.

Une plainte déposée et une enquête ouverte

Comme l'explique sa directrice de campagne dans un communiqué envoyé en début d'après-midi, la candidate subit ce jeudi des examens approfondis, en attendant qu'un avis médical soit rendu. Son équipe publiera un nouveau communiqué aux alentours de 17 heures.

A la suite de cette altercation, l'homme est parti en courant vers le métro le plus proche. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "violences volontaires" et la directrice de campagne de la candidate a annoncé avoir déposé une plainte. L'équipe de NKM précise également que le Premier ministre, Edouard Philippe, s'est rendu rapidement à son chevet.

De très nombreuses réactions

La maire de Paris Anne Hidalgo, a condamné l'agression sur Twitter, dénonçant "un acte lâche et intolérable".

Alain Juppé, le maire de Bordeaux et Stéphane Le Foll, ancien ministre de l'Agriculture, ont également réagi à l'agression, témoignant leur soutien et leur solidarité à NKM.

Gilles Le Gendre, son adversaire dans la deuxième circonscription de Paris, a également réagi sur Twitter, ajoutant quelques heures plus tard qu'il suspendait sa campagne.

L'ancien candidat à la présidentielle, François Fillon, est sorti de son silence pour exprimer lui aussi son soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet.

G.D. avec Jeremy Brossard