BFMTV

Affaires: Nicolas Sarkozy sort de son silence

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Nicolas Sarkozy sort de son silence. Dans une tribune au Figaro, il répond aux attaques dont il est la cible.

Nicolas Sarkozy choisit de "rompre le silence". Dans une tribune intitulée "Ce que je veux dire aux Français" et publiée dans les colonnes du Figaro, l'ancien chef de l'Etat répond aux attaques dont il fait l'objet.

"Je crois qu'il est aujourd'hui de mon devoir de rompre ce silence. Si je le fais, c'est parce que des principes sacrés de notre République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent", lance-t-il en préambule.

Et d'attaquer directement les membres du gouvernement : "Je sais, la ministre de la Justice n'était pas au courant, malgré tous les rapports qu'elle a demandés et reçus. Le ministre de l'Intérieur n'était pas au courant, malgré les dizaines de policiers affectés à ma seule situation. De qui se moque-t-on? On pourrait en rire s'il ne s'agissait de principes républicains si fondamentaux. Décidément, la France des droits de l'homme a bien changé".

"Un citoyen normal"

"Aujourd'hui encore, toute personne qui me téléphone doit savoir qu'elle sera écoutée. Vous lisez bien. Ce n'est pas un extrait du merveilleux film 'La Vie des autres' sur l'Allemagne de l'Est et les activités de la Stasi. Il ne s'agit pas des agissements de tel dictateur dans le monde à l'endroit de ses opposants. Il s'agit de la France", déplore-t-il.

Nicolas Sarkozy affirme aussi n'avoir "nul désir de [s]'impliquer aujourd'hui dans la vie politique de notre pays". "Enfin, à tous ceux qui auraient à redouter mon retour, qu'ils soient assurés que la meilleure façon de l'éviter serait que je puisse vivre ma vie simplement, tranquillement… au fond comme un citoyen 'normal'!", ironise-t-il.

La rédaction