BFMTV

Affaires judiciaires: Fillon a-t-il demandé à l'Elysée de "taper" sur Sarkozy?

Nicolas Sarkozy et François Fillon lors d'un déplacement commun en 2012

Nicolas Sarkozy et François Fillon lors d'un déplacement commun en 2012 - Lionel Bonaventure - AFP

CAFE POLITIQUE - Selon un livre à paraître, François Fillon aurait demandé à l'Elysée d'user de son pouvoir pour accélérer les procédures judiciaires lancées à l'encontre de Nicolas Sarkozy. Si l'ancien Premier ministre dément,  les relations entre les deux hommes semblent se dégrader de jour en jour.

Début de l'été 2014, Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée et ami de toujours de François Hollande, déjeune avec François Fillon, non loin du Palais présidentiel. Les deux hommes s'apprécient et le premier a fait parti du gouvernement du second, lorsque Nicolas Sarkozy était président de la République. Mais l'entrevue n'est pas qu'une simple entrevue entre anciens collègues puisque, rapporte deux journalistes du Monde dans un livre à paraître Sarko s'est tuer, la conversation tourne autour de Nicolas Sarkozy et des affaires judiciaires le cernant.

"Jean-Pierre, c'est de l'abus de bien social, c'est une faute personnelle, l'UMP n'avait pas à payer" pour le dépassement des frais de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, lâche François Fillon, selon des extraits publiés par L'Obs.

Mais l'ancien "collaborateur" va plus loin: "tapez vite, tapez vite! Jean-Pierre, tu as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir. Alors agissez!". Jean-Pierre Jouyet a assuré n'en avoir rien fait et ne pas être intervenu lui, ou l'Elysée, dans des affaires judiciaires en cours.

Fillon combat " sur le terrain des idées"

Mercredi soir, François Fillon a "démenti formellement" avoir voulu faire accélérer les procédures judiciaires visant son rival Nicolas Sarkozy comme l'affirment les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Il avait refusé de répondre aux questions sur le sujet avant l'écriture du livre.

"Le procédé qui consiste à me prêter la volonté de m'appuyer sur les plus hautes autorités de l'État pour faire pression sur l'autorité judiciaire est méprisable. Pour moi, le combat politique se mène strictement sur le terrain des idées", écrit l'ancien Premier ministre dans un communiqué.

Un autre livre à charge sur les relations Sarkozy-Fillon

Dans un autre livre publié mercredi, deux journalistes du Parisien livrent ce qu'ils présentent comme le contenu de conversations régulières avec Nicolas Sarkozy dans lesquelles l'ex-chef de l'Etat attaque tout le monde y compris sa famille politique: "A l'UMP, tous des cons". Au sujet de son ancien Premier ministre, il aurait même dit en janvier 2014: "Il paraît qu'il a beaucoup souffert pendant cinq ans. Peut-être aurais-je dû abréger ses souffrances".

Interrogé sur des propos tenus par Nicolas Sarkozy le qualifiant de "loser", "planqué" et "sans-couilles", François Fillon a joué l'incrédule: "Je ne peux pas croire un seul instant que Nicolas Sarkozy ait dit cela parce que ce ne sont pas les paroles d’un homme d’Etat".

S.A.