BFMTV

Affaire Benalla: les révélations de l'enquête de BFMTV

-

- - -

Dans notre enquête Alexandre Benalla, l'homme du président, diffusée ce mardi soir sur notre antenne, nous dévoilons des documents inédits qui viennent éclairer la personnalité et le parcours de l'ancien chargé de mission d'Emmanuel Macron.

Depuis le mois de juillet dernier, Alexandre Benalla est passé du statut d'homme de l'ombre à celui par qui a éclaté le premier scandale du quinquennat d'Emmanuel Macron. Comment ce jeune homme qui n'a même pas 30 ans a-t-il pu arriver si vite aux plus hauts sommets de l'Etat?

Dans leur enquête Alexandre Benalla, l'homme du président, Benoît Sarrade, journaliste pour l'émission Grand Angle, et Jérémy Trottin, grand reporter politique de BFMTV, retracent la trajectoire hors norme d'Alexandre Benalla à l'aide de documents inédits. Retour sur les éléments qu'il ne fallait pas manquer:

> Son changement de prénom

Au cours de leur enquête, les journalistes se sont procurés l'acte de naissance d'Alexandre Benalla. Un acte d'état civil qui révèle que son prénom a été changé. Le document le montre: à l'époque, il est âgé de trois ans. Alexandre Benalla explique aujourd'hui que sa mère a pris cette décision pour le protéger de son père, violent, et dont elle était séparée.

> Sa fiche de paie

C'est un document que l'Elysée a refusé de produire pour les commissions parlementaires ouvertes à l'Assemblée et au Sénat: la fiche de paie et le contrat de travail d'Alexandre Benalla. Eux aussi en disent long: on y apprend que l'ancien chargé de mission est payé comme les autres chargés de mission de l'Elysée: 7113 euros brut, 6000 euros net. D'autre part, ces documents révèlent que l'intéressé est "chargé de mission"… sans plus de précision quant à sa tâche précise.

> Sa lettre de licenciement

Empêtré dans l'affaire, l'Elysée décide de se séparer de son chef de la sécurité le 20 juillet dernier. Une lettre préalable à un entretien de licenciement lui est remise en mains propres. Déjà suspendu après les événements du 1er mai, Alexandre Benalla est licencié pour avoir récupéré grâce à des cadres de la préfecture de police des vidéos qui lui ont permis de préparer sa défense. Un motif qu'il conteste par écrit: "Je ne connaissais pas la provenance ni l'origine de ces vidéos. Je conteste donc un manquement grave à mes devoirs professionnels". 

A. K.