BFMTV

Villeurbanne: ce que l'on sait de l'auteur de l'agression

L'homme, dont l'identité exacte reste floue, a été interpellé quelques minutes après l'attaque et a été placé en garde à vue.

Les faits se sont produits aux alentours de 16h30 samedi au niveau de la station de métro Laurent Bonnevay à Villeurbanne. Un homme armé d'un couteau s'en est violemment pris à des passants, tuant un jeune homme de 19 ans et blessant huit autres personnes.

  • Son identité est encore floue

L'auteur présumé des faits, interpellé quelques minutes après l'agression et d'abord maîtrisé par des témoins de la scène et les personnels des transports lyonnais, est un individu d'origine afghane.

Au moment de son arrestation il ne possédait pas de papier d'identité sur lui, selon des informations BFMTV. Son profil reste ainsi encore flou. Il est connu sous deux noms et trois dates de naissance différents.

On sait cependant qu'il a environ une trentaine d'années, qu'il est demandeur d'asile, qu'il vit en France depuis trois ans et qu'il possède une carte de séjour valide. 

  • Il a tenu des propos incohérents face aux enquêteurs

Au-delà de son identité, les motivations de l'assaillant restent en partie inexpliquées. Il a tenu des propos "incohérents et confus" après son interpellation, selon le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet. Il n'a pour l'heure émis aucune revendication terroriste ou politique. Le caractère terroriste de l'attaque n'a par ailleurs pas été retenu dans cette affaire à ce stade.

Le suspect a notamment dit aux enquêteurs "avoir entendu des voix insulter Dieu et lui donnant l'ordre de tuer", a expliqué le procureur. Il a également raconté avoir agi par vengeance, croyant reconnaître dans le jeune homme de 19 ans qu'il a tué une personne avec qui il avait eu un différend il y a plusieurs années lors de son passage par le Royaume-Uni.

  • Une première expertise évoque un "état psychotique"

Placé en garde à vue par les forces de l'ordre, il a également fait l'objet d'une première évaluation psychiatrique par un expert. Ce dernier a parlé d'un "état psychotique envahissant avec délires paranoïdes à thématiques multiples dont celles du mysticisme et de la religion".

Avant son passage à l'acte, l'homme n'était presque pas connu des services de police, mis à part pour consommation de stupéfiants. Selon les analyses toxicologiques effectuées, il était d'ailleurs sous l'emprise de cannabis au moment de l'attaque.

Mélanie Bertrand et Rym Bey avec Juliette Mitoyen