BFMTV

Agressions à Villeurbanne: vives réactions des politiques après l'attaque

Un Afghan demandeur d'asile de 33 ans a agressé plusieurs personnes ce samedi après-midi à Villeurbanne. Un homme de 19 ans est mort et huit personnes ont été blessées, dont trois gravement.

L'agression de ce samedi après-midi à Villeurbanne, près de Lyon, par un Afghan demandeur d'asile, a provoqué de vives réactions des politiques. L'auteur présumé s'en est pris à des passants près d'une sortie de métro de la ville, touchant mortellement un homme de 19 ans et blessant huit autres personnes.

La présidente du Rassemblement national a réagi sur Twitter peu de temps après l'attaque: "La naïveté et le laxisme de notre politique migratoire menacent gravement la sécurité des Français!", a fustigé Marine Le Pen.

De son côté Jordan Bardella, député européen et vice-président du RN, a également commenté sur Twitter :

"L'attaque de Villeurbanne clôture un été durant lequel se sont multipliés en Europe meurtres, viols et agressions impliquant des migrants", écrit-il avant de s'en prendre à la politique du chef de l'Etat: "La rentrée est chargée, mais Macron ne pourra pas éviter la question de l'ensauvagement, et sa cause majeure: la submersion migratoire."

Sur l'antenne de BFMTV, Jordan Bardella a également regretté "une nouvelle preuve de l'ensauvagement de notre société contre laquelle rien n'est fait". Le vice-président du RN a poursuivi : "Aujourd'hui les Français ont peur, peur de sortir dans la rue (...) Une grand partie des faits comme celui auquel on a malheureusement assisté ce soir sont le fait de personnes qui ont un lien avec l'immigration clandestine", a-t-il déclaré.

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a lui aussi réagi à l'agression de Villeurbanne. Il a dans un premier temps salué "le courage de nos forces de l'ordre", jugeant ensuite que la France "ne peut plus continuer à accueillir aveuglement des assassins!".

Patrick Kanner, sénateur PS du Nord, s'est ému du terrible bilan après l'attaque et a salué l'action des pompiers.

Pour le candidat à la présidence Les Républicains, Julien Aubert, il y en a "assez de faire preuve de mansuétude avec des "fous" qui ressemblent quand même beaucoup à des terroristes". Il a notamment appelé à revoir "de fond en comble" le droit d'asile.

Manon Fossat