BFMTV

Selon son avocat, Salah Abdeslam "viendra en France très vite"

Malgré son refus d'être extradé vers la France, Salah Abdeslam devrait arriver "très vite" devant la justice française selon son avocat belge, Me Sven Mary.

L'avocat de Salah Abdeslam, qui s'est entretenu pour la première fois lundi avec son client "sans la présence de policiers" dans la prison de Bruges, a indiqué aux médias que le terroriste présumé "viendra en France très vite", malgré son refus d'être extradé de Belgique, où il est actuellement détenu. 

"Il était de mon devoir d'avocat de vérifier si un mandat d'arrêt européen est légal ou pas, c'est la tâche de tout avocat", a indiqué Me Sven Mary pour expliquer ce refus. Mais "il n'y a pas de méthode pour retarder quoi que ce soit, c'est une fable ça. Il doit venir à Paris, il doit se justifier sur beaucoup de choses à Paris, ce n'est qu'une question de temps."

"Trésor d'informations"

Avocat engagé, Sven Mary, rencontré par BFMTV quelques minutes après la rencontre avec son client, dit avoir été sollicité par "un très proche" de Salah Abdeslam. Il explique également que s'il a accepté d'assurer la défense du terroriste présumé c'est parce que ce dernier parle, coopère ou a accepté de reconnaître des gens sur photos. L'avocat parle de "trésor d'informations à livrer".

S'il souhaite offrir un statut de repenti à Salah Abdeslam, Sven Mary veut assurer la défense de son client mais aussi donner des réponses aux questions que peuvent se poser les familles des victimes. Toutefois, si le terroriste présumé venait à se murer dans le silence, l'avocat envisagerait alors d'abandonner ce dossier.

Arrêté vendredi après quatre mois de cavale à Bruxelles, Salah Abdeslam a été inculpé de "participation à des assassinats terroristes" et de "participation aux activités d'un groupe terroriste" par la justice belge. Le Français a passé sa première nuit dans la prison de haute sécurité de Bruges. La prochaine étape de la procédure le conduira mercredi devant la Chambre du conseil, une juridiction d'instruction belge, qui statuera sur son maintien en détention.

"Qu'il respecte le droit belge, ça serait bien"

L'avocat belge, qui veut porter plainte contre le procureur de la République de Paris François Molins pour violation du secret de l'instruction, a par ailleurs commenté la réaction du magistrat. Celui-ci avait indiqué plus tôt dans la journée se sentir "très serein" par rapport à cette éventuelle plainte.

"S'il respecte le droit pénal français, c'est bien, mais qu'il respecte le droit pénal belge aussi, ce serait bien également", a lâché l'avocat.

François Molins a en effet rappelé lors d'une conférence de presse lundi que le code de procédure pénale français "porte le principe de secret de l'enquête et de l'instruction mais autorise le procureur à rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure". "Je pense que c'est ce que j'ai fait".

A. G. avec Cécile Danré