BFMTV

Plusieurs figures de la mouvance jihadiste française parmi les détenus en Syrie qui pourraient être incarcérés en France 

Ces Français détenus dans des camps aux mains des Kurdes ont été arrêtés après la reprise de plusieurs villes syriennes par les forces armées.

Ces Français détenus dans des camps aux mains des Kurdes ont été arrêtés après la reprise de plusieurs villes syriennes par les forces armées. - Youssef Karwashan - AFP

Le retour des jihadistes français, détenus aux mains des Kurdes syriens, est désormais fortement envisagé par Paris, qui craint une dispersion de ces combattants après le retrait annoncé des troupes américaines. Parmi ces hommes et ces femmes, des figures de la mouvance jihadiste française comme Emilie König, Thomas Barnouin ou Adrien Guihal.

Où juger les jihadistes français arrêtés en Syrie? La question est d'autant plus prioritaire depuis quelques semaines, après l'annonce des Etats-Unis du retrait de ses forces armées de la zone. La France envisage très fortement de faire revenir près de 130 hommes, femmes et enfants et actuellement détenus aux mains des Kurdes syriens. A leur retour, chaque cas serait étudié individuellement et judiciarisé.

"Nous nous préparons à toutes les éventualités dans le nord-est parce que c'est notre devoir, y compris à l'éventualité d'une expulsion, parce que c'est notre responsabilité de prévoir tous les risques pour la sécurité des Français", a rappelé le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Parmi ces 130 Français détenus dans le Kurdistan syrien, une grande majorité sont des femmes. Un tiers d'entre eux sont des hommes et 10% sont mineurs, selon nos informations. Depuis la semaine dernière, les services antiterroristes français travaillent sur l'identification de ces Français connus, pour certains, uniquement par leur nom de combattant, la kunya. Toutefois, des figures de la mouvance jihadiste française sont actuellement dans des camps de détenus syriens. L'objectif est de rassembler le plus grand nombre de renseignements afin de préparer au mieux leur retour et les futures auditions qui pourraient intervenir.

> Emilie König

Elle a été la Française de Daesh la plus recherchée jusqu'à la fin de l'année 2017, date de son arrestation par les forces kurdes. Dès 2010, Emilie König s'est fait remarquer en distribuant des tracts appelant au jihad armé près de la mosquée de Lorient. C'est en 2012 que la Bretonne de 30 ans se rend une première fois dans la zone irako-syrienne pour rejoindre son mari parti combattre dans les rangs d'un groupe armé qui deviendra l'Etat islamique.

Moins d'un an plus tard, elle est de retour en France pour récupérer ses deux enfants mais repart finalement sans eux. A cette période, elle enregistre des vidéos de propagande dans lesquelles elle appelle à commettre des actions violentes. En 2015, les Etats-Unis inscrivent son nom sur leur liste noire des terroristes internationaux. Elle est la première femme à figurer sur cette liste. En France, Émilie König est visée par une enquête sur le départ en Syrie d'une dizaine de personnes de la région de Nîmes. Elle était recherchée par des services de renseignement de plusieurs pays.

Incarcérée avec ses trois enfants nés en Syrie dans un camp syrien détenu par les Kurdes, Emilie König réclame depuis un an d'être rapatriée en France. Emilie König, "est la mère de trois enfants français" et "tout doit être mis en oeuvre pour faciliter leur rapatriement, conformément aux engagements internationaux de la France", faisait valoir dans un communiqué son avocat. Il estimait alors que les autorités françaises avaient "l'obligation de la juger".

> Thomas Barnouin

Thomas Barnouin a été arrêté en décembre 2017 après des années dans les radars de l'antiterrorisme. L'Albigeois de 36 ans est un vétéran de la nébuleuse jihadiste du Sud-Ouest, dans laquelle ont gravité Mohamed Merah ou les frères Clain, les "voix" des attentats du 13-Novembre, surnommés ainsi parce qu'ils ont revendiqué ces attaques dans un message audio au nom de Daesh. Converti à l'islam au début des années 2000, il se rend en 2004 à Médine, en Arabie Saoudite, où il va fréquenter des passeurs. 

Thomas Barnouin est arrêté une première fois en 2006 par l'armée syrienne, où il est passé, alors qu'il tentait de se rendre en Irak. Il est alors condamné en France en 2009 à cinq ans de prison, dont un avec sursis dans le cadre de la filière dite d'Artigat, village de l'Ariège où résidait Olivier Corel, imam salafiste présenté comme le mentor de Mohamed Merah et de Fabien Clain. 

En 2014, Thomas Barnouin est au coeur d'une nouvelle affaire de filière de départ vers la Syrie qui englobe encore une partie de la nébuleuse jihadiste du Sud-Ouest, dont le frère de Fabien Clain, Jean-Michel. En février de la même année, il repart en Syrie, avec sa femme et ses enfants, avant que les autorités ne perdent sa trace. Peu après son arrestation, comme Emilie König, dans une vidéo, Thomas Barnouin dit être bien traité par ses geôliers kurdes.

> Adrien Guihal

Adrien Guihal est également considéré comme un vétéran du jihad. Proche des frères Clain, le Français a déjà été condamné en janvier 2012 à trois ans de prison ferme pour avoir fait des repérages en vue d'un attentat contre les locaux des renseignements généraux à Paris. Quelques mois après sa sortie de prison en mars 2015, il a pris la direction de la Syrie.

Pendant les trois années précédant son interpellation, il est considéré comme la "voix" de Daesh. Il diffuse alors régulièrement des messages audio, sortes de mini programmes radios. Toujours sur le même ton, Adrien Guihal donnait les dernières informations de l'Etat Islamique. C'est dans l'un de ses messages qu'il revendique au nom de l'organisation terroriste l'assassinat d'un policier et de sa compagne en juin 2016, à Magnanville. Quelques semaines plus tard, il fait de même avec l'attentat de Nice.

Adrien Guihal a été arrêté par les forces arabo-kurdes en Syrie le 19 mai 2018. Le jihadiste français a été arrêté avec sa femme et ses 6 enfants.

Justine Chevalier avec Alexandre Gonzalez