BFMTV

Mali: le grand-père d'un otage réclame un changement de stratégie de la France

René Robert, le grand-père de Pierre Legrand, samedi 2 mars à Nantes. Il réclame un changement de stratégie de l'armée française au Mali.

René Robert, le grand-père de Pierre Legrand, samedi 2 mars à Nantes. Il réclame un changement de stratégie de l'armée française au Mali. - -

Le sort des otages au Mali préoccupe toujours autant leurs proches. Lundi matin, le grand-père de l'un des otages est monté au créneau. Il estime que la France doit s'installer à la table des négociations avec l'ennemi.

L'angoisse grandit chez les familles des otages français retenus au Sahel. Inquiet pour son petit-fils Pierre Legrand, René Robert réclame ce lundi un changement de stratégie de l’armée française au Mali. "Nous souhaitons que les actions de force soient remplacées par des actions plus nuancées, de façon à ce que du temps soit donné, que des signaux soient envoyés aux combattants d’en face et qu’ils comprennent que c’est peut-être l’heure de lever le drapeau blanc", explique-t-il à BFMTV.

Une demande partagée par le beau-frère d’un autre otage, Marc Feret. "Ces bombardements peuvent les toucher. Il faut faire une pause, et essayer de discuter pour essayer de sortir les personnes de cette situation intolérable", affirme-t-il.

"Nous savons que nous pouvons nous rapprocher d'eux"

De son côté l’armée française sait qu’elle peut tomber à tout moment sur les otages. Elle assure qu’elle n’agit pas inconsciemment. "Nous ne savons pas où se trouvent les otages, et évidemment la totalité des opérations que nous menons est faite en gardant à l’esprit le fait que nous pouvons nous rapprocher d’eux, a expliqué lundi matin sur Europe1 Edouard Guillaud, chef d’Etat-major des armées. Nous organisons nos opérations uniquement pour être sûrs de les préserver".

Le chef d’Etat-major des armées a aussi jugé possible que les otages aient été déplaçés et dispersés, "mais pas forcément dans un autre pays".

A LIRE AUSSI :
>> Otages au Sahel : les familles en appellent à la France >> Otages au Sahel : les familles françaises divisées

A.K. et sujet vidéo Benjamin Dubois