BFMTV

Etat d'urgence, réserve opérationnelle... les décisions du conseil de Défense

Au lendemain de l’attentat à Nice dont le bilan s’élève pour le moment à 84 morts, François Hollande a réuni le Conseil de défense restreint ce vendredi. Une réunion à l'issue de laquelle plusieurs mesures ont été prises.

Le jour de sa fête nationale, la France a de nouveau été frappée par la barbarie. Alors face à l’horreur, le gouvernement s’organise. Autour de François Hollande ce matin, Manuel Valls, Jean-Jacques Urvoas le garde des Sceaux, Jean-Yves Le Drian le ministre de la Défense et le chef d’état-major Pierre de Villiers. Bernard Cazeneuve a lui assisté à cette réunion par visioconférence car déjà présent à Nice.

C'est d'ailleurs le Premier ministre qui a précisé les mesures décidées lors de cette réunion, dont plusieurs avaient déjà été annoncées par le président de la République lors de son allocution nocturne.

"L’urgence c’est d’abord l’accueil des familles et la restitution des dépouilles à leurs proches", a-t-il expliqué, rappelant ensuite que le département des Alpes-Maritimes était désormais placé en niveau alerte attentat.

Prolongation de l’état d’urgence

"Ça va mieux en France". C’est par ces mots que François Hollande justifiait quelques heures avant la sanglante attaque, lors de son intervention du 14-Juillet. Se félicitant de la bonne tenue de l’Euro 2016, il avait indiqué la levée de l’état d’urgence pour le 26 juillet.

Mais après l'attaque sanglante, l’état d’urgence sera prolongé de trois mois. Le chef du gouvernement a d'ailleurs précisé qu'un projet de loi allant dans ce sens devait être soumis au Parlement d’ici la semaine prochaine.

Mobilisation de la réserve opérationnelle

Autre mesure déjà annoncée par le président lors de son intervention cette nuit, l’appel à la réserve opérationnelle. C’est-à-dire le recours à des personnes déjà passées sous les drapeaux français afin de soulager les forces de police et de gendarmerie.

Maintien de l’intégralité de l’opération Sentinelle

L’opération Sentinelle qui permet de mobiliser 10.000 militaires supplémentaires sera maintenue.

Marie-Caroline Meijer