BFMTV
en direct

Assassinat de Samuel Paty: Darmanin tacle Mélenchon sur ses propos sur la communauté tchétchène

Emmanuel Macron a choisi la cour de la Sorbonne comme lieu de l'hommage national à Samuel Paty. Il sera organisé mercredi en fin d'après-midi.

"Monsieur Mélenchon est beaucoup trop à droite" pour Gérald Darmanin

Le ministre de l'Intérieur s'en est pris à Jean-Luc Mélenchon, ce mardi, concernant ses récents propos sur la communauté tchétchène. "Jean-Luc Mélenchon est beaucoup trop à droite pour moi!", a-t-il affirmé pour qualifier ce leader du parti de gauche.

"Oui, c'était bien de publier les caricatures de Mahomet", affirme Darmanin

Gérald Darmanin a répété sa volonté de ne pas transiger avec l'islamisme radical, ce mardi soir sur BFMTV. "Oui, c'était bien de publier les caricatures de Mahomet", a-t-il déclaré sur notr antenne.

Sur le sentiment d'être Français, Darmanin juge que "beaucoup de gens ont loupé quelque chose"

Interrogé sur les jeunes Français qui ne se sentent pas français, Gérald Darmanin estime qu'il y a "un travail colossal car manifestement beaucoup de gens ont loupé quelque chose", citant ensuite "les parents", "l'éducation nationale", "les médias" et "les services publics" et "il y a une part individuelle".

Darmanin: "le capitalisme français a une responsabilité (...) dans le communautarisme"

"Ca m'a toujours choqué de rentrer dans un Hypermarché et de voir qu'il y a un rayon de telle cuisine communautaire, c'est comme ça que ça commence le communautarisme", ajoutant qu'il s'agit de "son opinion", "le ministre de l'Intérieur ne fait pas la loi, ce sont les parlementaires qui l'a font."

"Le capitalisme français, mondial a une responsabilité. Quand on vend des vêtements communautaires, peut-être qu'on a une petite responsabilité dans le communautarisme. Lorsqu'on prête de l'argent à des associations, ou a des entreprises communautaires... Ce n'est pas parce qu'on a des parts de marché en flattant quelques bas instincts qu'on a rendus service au bien commun", déclare le ministre de l'Intérieur

De son "avis personnel", Gérald Darmanin juge que "de grandes entreprises ont organisé le marketing direct" pour "gagner de l'argent sur le communautarisme."

"Moi personnellement, ça me choque et permettez moi de dire que si on doit demander des comptes aux responsables politiques, on peut aussi dire au capitalisme qu'il peut être, de temps en temps, patriote."

Assassinat de Samuel Paty: Darmanin pointe "la responsabilité énorme des réseaux sociaux"

Sur le rôle des réseaux sociaux dans l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Gérald Darmanin pointe du doigt la responsabilité des réseaux sociaux:

"C'est plus teIlement dans les mosquées qu'on apprend à se radicaliser (...) L'imam internet est bien plus puissant, bien plus insaisissable. Les réseaux sociaux ont une responsabilité énorme dans la mutation du terrorisme et de la radicalisation. Les officines - ces associations que nous essayons de dissoudre - sont désormais bien plus efficaces que quelques mosquées cachées à l'ancienne."

Surveillance des anciens détenus terroristes: "On y met des moyens et du monde", dit Darmanin

Sur les détenus condamnés pour des faits de terrorisme, Gérald Darmanin affirme qu'il existe trois possibilités:

La première concerne les personnes étrangères. Les services de l'État "l'emmènent directement dans un centre de rétention avant de l'expulser du territoire national", explique le ministre.

Concernant les Français et les bi-nationaux, ils peuvent continuer à être sous le coup de "mesure individuelle de contrôle administratif et de surveillance" (MICAS) pour lesquels le ministère met "des moyens et du monde".

Il existe enfin des mesures législatives pour lesquelles le Conseil constitutionnel a récemment censuré un texte de loi:

"La loi n'était pas bien écrite, nous allons travailler pour que dans la loi de juillet prochain nous puissions mettre des mesures supplémentaires, de surveiller et de ne pas être naïf", affirme Darmanin.

Citant l'affaire Mila, Darmanin affirme qu"il y a de la lâcheté intellectuelle"

Revenant notamment sur des propos d'Edwy Plenel, journaliste de Mediapart, le ministre de l'Intérieur déplore ceux qui ont une position "d'excuse permanente" face à l'islamisme.

"Quand j'entends Monsieur Plenel dire qu'il ne parle pas de l'affaire Mila car des milliers de menaces ce n'est pas si grave que ça, je me dis qu'il y a de la lâcheté intellectuelle et qu'ils sont aussi responsables de cette ambiance qui permet à des individus de passer à l'acte."

"Le rôle de la police est d'intimider ceux qui veulent nous intimider"

"Il y a une infime minorité de gens qui sont malhonnêtes et une infime minorité qui sont radicalisés et terroristes. Cette infime minorité qui pourrit la vie sociale, qui trouble la paix sociale. Le rôle de la police est d'intimider ceux qui veulent nous intimider", déclare sur notre plateau Gérald Darmanin.

6 des 16 gardes à vue ont été levées

Des sources judiciaires indiquent à l'AFP que 6 des 16 gardes à vue en lien avec le meurtre de Samuel Paty ont été levées ce mardi soir, dont celles de la famille de l'assaillant.

En trois ans, 358 lieux fermés et 428 expulsions

Depuis trois ans, "358 lieux (structures, associations culturelles, commerces) ont été dissouts" et "428 étrangers en situation irrégulière ont été expulsés du territoire national", souligne Gérald Darmanin.

"Le procès à faire ce n'est pas celui des services de l'État, c'est bien celui de l'islamisme politique"

Interrogé sur l'engrenage qui a abouti sur la décapitation de l'enseignement, Gérald Darmanin estime que les services de l'État ont fait leur travail.

"Le procès à faire ce n'est pas celui des services de l'État, c'est bien celui de l'islamisme politique", affirme le ministre de l'Intérieur.

"L'assassin de vendredi est le premier d'une nouvelle série" de jihadisme selon Darmanin

"On est à la quatrième génération de jihadisme. L'assassin de vendredi est sans doute le premier d'une nouvelle série", estime le ministre de l'Intérieur.

"Quelqu'un qui commet un acte, qui manifestement n'est pas commandé de l'étranger, qui réagit non pas à une fatwa de l'extérieur, mais de personne qui sont sur le sol national", analyse-t-il.

Pour Darmanin, l'assassinat de Samuel Paty "ressemble beaucoup à une fatwa"

Gérald Darmanin est l'invité de l'émission "Face à BFM".

Interrogé sur l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le ministre de l'Intérieur affirme:

"Ce professeur a été montré du doigt par ce que j'appelle l'islamisme politique", déplore Gérald Darmanin, ajoutant que cela "ressemble beaucoup à une fatwa".

Le maire de Conflans réaffirme que "nous ne céderons pas sur nos valeurs"

"La liberté d'expression est le pilier de notre démocratie", a rappelé Laurent Brosse, maire Divers Droite de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

"Nous devons montrer au terroriste que nous ne céderons pas sur nos valeurs, nous le devons aussi à nos jeunes", a souligné l'édile.

Le collectif propalestinien Cheikh Yassine dissout mercredi

Le collectif propalestinien Cheikh Yassine créé par Abdelhakim Sefrioui, l'une des personnes placées en garde à vue suite à l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, sera dissout mercredi en Conseil des ministres, annonce Emmanuel Macron.

"D’autres suivront dans les prochaines semaines", a ajouté le président de la République.

Emmanuel Macron promet que les actions contre l'islamisme "s'intensifieront"

Quatre jours après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, Emmanuel Macron affirme que l'action de l'État contre l'islamisme radicale a été "intensifiée".

"Suite à l'attentat, nous allons renforcer encore ce qui a été lancé, il ne s'agit pas de faire de nouvelles déclarations. Nous savons ce qui est à faire. Ce sont des actes qui sont attendus par nos concitoyens. Ces actes s'intensifieront", promet le chef d'État.

Emmanuel Macron prend la parole

Emmanuel Macron prend la parole, à l'issue de la séance de la Cellule de lutte contre l'islamisme et le repli communautaire (CLIR), à laquelle était présente Gérald Darmanin et le préfet.

"Nous sommes tous Profs": la lettre hommage de Brigitte Macron à Samuel Paty

Déclarée comme cas contact, Brigitte Macron ne pourra être présente lors de l'hommage nationale de Samuel Paty mercredi.

Elle a tenu à saluer la mémoire de l'enseignant assassiné dans une lettre ouverte envoyée à nos confrères du Parisien.

Dans cette dernière elle rappelle qu'enseigner c'est "transmettre et anticiper" et "développer leur esprit critique pour les rendre libres".

"Tout cela, Samuel, vous le saviez, et mieux encore, vous l’incarniez. Car vous aviez la plus haute idée de ce qu’est le métier d’enseignant", a-t-elle ajouté.

Début de la marche blanche à Conflans-Sainte-Honorine

Des centaines de personnes sont rassemblées à Conflans-Sainte-Honorine pour participer à une marche blanche en hommage à l'enseignant sauvagement assassiné.

L'événement commence par un rassemblement statique devant le collège Le Bois d’Aulne, où Samuel Paty enseignait et va se poursuivre en déambulation jusqu'à la place de la Liberté.

Parmi les personnalités politiques présentes se trouvent notamment Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France.

La Une de Charlie Hebdo après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine

L'hebdomadaire satirique a partagé sur les réseaux sociaux la Une de son prochain numéro de mercredi.

Sans surprise, Charlie Hebdo revient sur l'assassinat de Samuel Paty, enseignant d'histoire décapité à Conflans-Sainte-Honorine après avoir montré quelques jours plus tôt des caricatures de Mahomet à ses élèves.

"La République décapitée" titre Charlie Hebdo en dessinant les têtes coupées de différentes fonctions (pompier, soignant, juge...) ainsi que celle d'Emmanuel Macron tout en s'interrogeant sur la suite de cette attaque: "à qui le tour?"

Castex veut "renouveler" l'Observatoire de la laïcité

Jean Castex entend "renouveler" prochainement l'Observatoire de la laïcité, une instance placée sous son autorité et dont "le statut et les missions font l'objet d'une réflexion" afin d'être davantage "en phase" avec le futur projet de loi de lutte contre les séparatismes, a annoncé Matignon mardi à l'AFP.

"La conviction du Premier ministre est que l’Observatoire de la laïcité doit aujourd'hui évoluer", a indiqué Matignon, au lendemain de la parution d'un article du Point évoquant la probable éviction du rapporteur général Nicolas Cadène.

"La volonté du Premier ministre est de renouveler une instance afin qu’elle soit davantage en phase avec la stratégie de lutte contre les séparatismes. A l’évidence cette conception n’est pas partagée par tous et le gouvernement en tirera toutes les conclusions dans les prochains jours", prévient encore Matignon.

Réfutant toute "question de personnes" et dénonçant les "règlements de compte par voie de presse", Matignon précise également que le Premier ministre recevra "dans les tout prochains jours" le président de l'Observatoire, l'ex-ministre PS Jean-Louis Bianco, dont le mandat expire en avril, "pour lui faire part de la décision du gouvernement.

Emmanuel Macron est arrivé à Bobigny

Le président est arrivé à Bobigny, en Seine-Saint-Denis pour faire un point sur la lutte contre l'islamisme.

Le président entend s'afficher lui-même au front de la "guerre contre les ennemis de la République" décrétée depuis la décapitation d'un professeur.

"Assez de renoncement": Damien Abad s'attaque au gouvernement sur l'islamisme

Lors des questions au gouvernement, Damien Abad, président du groupe LR à l'Assemblée nationale et député de l'Ain s'en est pris à l'action du gouvernement en matière de terrorisme qui ont permis à ce que Samuel Paty devienne un "martyr de la République".

"Ne pas oublier d'agir, assez de renoncement, assez de résignation coupable", a-t-il lancé, avant de se lancer dans une longue énumération:

"Depuis trois ans, votre majorité a refusé systématiquement toutes nos propositions sur l'islamisme radicale. Expulser de notre territoire national les étrangers fichés S pour radicalisation terrorisme: refusé, fermer les 100 mosquées salafistes et salles de prières radicalisées: refusé. Expulser les imams radicalisés: refusé. Garantir la rétention de sûreté pour les terroristes islamistes en sortie de prison: refusé. Réduire l'immigration grâce à une restriction du regroupement familial, du droit d'asile et du droit du sol: refusé. Interdire les listes communautaristes aux élections: refusé", a notamment listé le chef de file LR.

Castex rappelle que 32 attentats ont été déjoués depuis 2017

Devant l'Assemblée nationale, le Premier ministre a rappelé que les autorités avaient déjoué 32 attentats sur le sol français depuis 2017.

"Depuis 2017, on compte en moyenne un attentat déjoué par mois. 32 attentats déjoués. Ce ne sont pas que des islamistes radicaux, même si ce sont l’essentiel", avait déjà affirmé Gérald Darmanin au micro d'Europe 1 début octobre.

Castex pour la création d'un "délit de mise en danger d'autrui" sur les réseaux sociaux

Devant les députés, le Premier ministre Jean Castex a de nouveau rendu hommage à Samuel Paty en assurant que "la vie d'un professeur est sacrée."

De fait, l'homme fort de Matignon a détaillé les mesures que le gouvernement souhaitait mettre en place. Ce dernier a ainsi annoncé qu'un "délit de mise en danger d'autrui" devrait être créé sur les réseaux sociaux.

Les collègues de Samuel Paty expriment "leur immense tristesse"

Dans un communiqué publié ce mardi, les enseignants de Samuel Paty au collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine ont tenu à rendre hommage à leur collègue assassiné vendredi passé.

"Samuel était un collègue investi dans sa mission auprès des élèves. Nous garderons en mémoire tous les bons moments partagés avec lui", est-il écrit.

En guise de conclusion, ces professeurs s'inquiètent de "l'impact des réseaux sociaux."

"La rapidité avec laquelle l'information est diffusée au plus grand nombre et son aspect irréversible sont un véritable fléau dans l'exercice de notre métier."

"J’attends de voir ce que le gouvernement va faire", assure Le Pen

Quelques minutes après l'hommage rendu par les députés à Samuel Paty, l'élue du Rassemblement national a expliqué attendre les mesures prises par le gouvernement.

"On a entendu des propos fermes, mais j’attends de voir ce que le gouvernement va faire. [...] On nous a déclaré la guerre, il faut que nous soyons en mesure de nous défendre", a-t-elle assuré.

Une minute de silence à l'Assemblée nationale

Un peu après 14h30, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, accompagné de plusieurs dizaines de députés, a rendu hommage à l'enseignant Samuel Paty. Une minute de silence a été observée.

Emmanuel Macron adressera un message de soutien aux enseignants lors de la cérémonie d'hommage

Emmanuel Macron adressera un message de soutien au corps enseignant lors de l'hommage à Samuel Paty, organisé ce mercredi à la Sorbonne, indique une source gouvernementale à BFMTV. Le président de la République devrait dans son discours exhorter les professeurs à ne pas s'autocensurer, à l'image de Jean-Michel Blanquer ce mardi matin lors de son interview face à Jean-Jacques Bourdin.

L'arrêté de fermeture vient d'être affiché devant la mosquée de Pantin

L'arrêté de fermeture de la mosquée de Pantin vient d'être affiché devant le lieu de culte. Elle reste ouverte jusqu'à ce mercredi soir, pour laisser le temps à un éventuel recours.

Macron à Bobigny cet après-midi pour un bilan de la lutte contre l'islamisme en Seine-Saint-Denis

Emmanuel Macron se rend ce mardi après-midi à Bobigny pour y présider une séance de la Cellule de lutte contre l'islamisme et le repli communautaire (CLIR) et faire le bilan des résultats en Seine-Saint-Denis, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a annoncé l'Elysée.

Ce déplacement au nord de Paris, prévu vers 16 heures, intervient quatre jours après l'assassinat de Samuel Paty et au lendemain d'une vaste opération policière dans les mouvances islamistes.

Le chef de l'État présidera la séance de la cellule mise en place au sein de la préfecture et "en présence des services de l'État, lui seront notamment présentés la stratégie de lutte contre le séparatisme mise en place en Seine-Saint-Denis et les résultats obtenus".

Blanquer: une minute de silence sera respectée dans tous les établissements scolaires, "sans exception", après les vacances

Quel sera l'hommage à Samuel Paty dans les établissements scolaires lors de la rentrée du 2 novembre, après les vacances de la Toussaint? "Nous y travaillons", a répondu Jean-Michel Blanquer ce matin sur BFMTV-RMC.

"Ce que nous voulons, c'est marquer le coup, marquer une minute de silence, cela va de soi", a détaillé le ministre de l'Éducation nationale. "Mais aussi avoir tout un travail pédagogique vis-à-vis des élèves et qu'il n'y ait aucun angle mort, que ça se passe dans toutes les écoles, tous les ocllèges, tous les lycées de France sans exception." Les éventuels élèves perturbateurs seront sanctionnés, a-t-il précisé.

Samuel Paty recevra la Légion d'honneur à titre posthume

Samuel Paty recevra la Légion d'honneur à titre posthume sera fait commandeur des Palmes Académiques. "C'est emblématique parce que c'est l'ordre qui va avec les professeurs, avec le monde de l'éducation et son martyr de Samuel Paty vaut bien cette reconnaissance de son institution", a commenté Jean-Michel Blanquer sur BFMTV-RMC.

Dupond-Moretti dit avoir ressenti "de l'effroi, du chagrin et de la colère"

Après l'attentat de vendredi au cours duquel Samuel Paty a été assassiné, Éric Dupond-Moretti dit avoir ressenti "de l'effroi, du chagrin et de la colère".

Le garde des Sceaux, invité de France Inter ce mardi, a souligné que plusieurs pistes étaient à l'étude depuis cet attentat, notamment le fait de nommer davantage de magistrats dédiés aux contenus haineux en ligne:

"C'est une des pistes que j'ai évoqué hier en réunissant en urgence les procureurs généraux", a indiqué le ministre de la Justice

"Il y a déjà des magistrats qui sont dédiés à ça. La question qui est posée est celle de leur nombre bien sûr, c'est une des pistes et nous y réfléchissons", a-t-il poursuivi.

Beauvau affirme que la fermeture de la mosquée de Pantin "sera effective dans 48 heures"

La mosquée de Pantin, dont Gérald Darmanin avait déclaré ce lundi soir vouloir la fermeture, est toujours ouverte ce matin. Des fidèles sont arrivés dès 6 heures pour s'installer dans la salle de prière et en sont sortis aux alentours de 7 heures.

Auprès de BFMTV, le ministère de l'Intérieur affirme que "la fermeture sera effective dans 48 heures, le temps des recours possibles auprès du juge administratif".

Une "fatwa" lancée contre Samuel Paty? Dupond-Moretti travaille à la "traduction juridique"

Que risque le père de famille qui s'en prenait à Samuel Paty dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux? Si Gérald Darmanin a parlé d'une "fatwa" lancée par le professeur d'histoire-géographie, Éric Dupond-Moretti rappelle dans Le Parisien que "ce n'est pas un terme juridique". "Cela pose un certain nombre de problèmes de qualification pénale et c'est là-dessus que les services travaillent", explique le ministre de la Justice.

"Il faut que les mots aient une traduction juridique", poursuit le garde des Sceaux. "C'est mon travail. Pour l'instant, nous avons la qualification d'injures publiques. Le travail consiste à savoir si nous pouvons imaginer autre chose."

Gérald Darmanin invité de "Face à BFM" ce soir

Après l'assassinat de Samuel Paty, quelle réponse de l'État? Gérald Darmanin est ce soir l'invité de Face à BFM à partir de 20h50. Le ministre de l’Intérieur répondra aux questions de Maxime Switek et des figures de BFMTV.

Vous pouvez également lui poser vos questions à l'adresse faceabfm@bfmtv.fr et via le hashtag #faceabfm sur les réseaux sociaux.

Gérald Darmanin est l'invité de "Face à BFM", le mardi 20 octobre 2020 à 20h50.
Gérald Darmanin est l'invité de "Face à BFM", le mardi 20 octobre 2020 à 20h50. © BFMTV

Comment va se dérouler l'hommage national à Samuel Paty?

On en sait plus sur l'organisation de l'hommage national à Samuel Paty, programmé mercredi en fin de journée dans la cour de la Sorbonne. Cette cérémonie est assez codifiée: outre la famille et ses invités, tous les corps constitués de la Nation - dont les parlementaires - ou les anciens présidents et Premiers ministres sont conviés.

Mais en raison du contexte sanitaire, la jauge maximale se situe entre 300 et 500 personnes dans la Sorbonne. Pour permettre à des Français à se joindre à l'hommage, l'idée d'installer des écrans à l'extérieur a été mise sur la table, mais la décision n'a pas été entérinée à ce stade. Les détails d'Anne Saurat-Dubois, journaliste au service politique de BFMTV.

Comment le terroriste a traqué Samuel Paty

Quand Abdoullakh A. a-t-il décidé de son geste? Le père d'Azim, un ami du terroriste actuellement en garde à vue, raconte que l'assaillant a acheté un couteau ce jeudi.

"Ils marchaient dans Rouen, dans la rue", explique-t-il à BFMTV. "Il a dit : 'je veux acheter un couteau pour mon grand-père, pour cadeau, comme un souvenir'. Après tous les trois sont entrés acheter le couteau et ils sont sortis, ils ont pris la voiture et sont rentrés chez mon fils."

Voici les dernières informations dont nous disposons sur la façon dont le terroriste a traqué Samuel Paty.

Un hommage national à la Sorbonne ce mercredi

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty, ce professeur d'histoire-géographie tué vendredi pour avoir choisi de montrer des caricatures de Mahomet à ses élèves.

L'Élysée a annoncé ce lundi soir avoir choisi la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de l'esprit des Lumières et de l'enseignement, comme lieu de l'hommage national à l'enseignant. Cet hommage sera organisé mercredi en fin d'après-midi.

BFMTV