BFMTV

Attentats: l'Europe se prépare toujours au pire

L'arrestation de Salah Abdeslam à Bruxelles n'a pas diminué les risques qui pèsent sur l'Europe

L'arrestation de Salah Abdeslam à Bruxelles n'a pas diminué les risques qui pèsent sur l'Europe - Joël Saget - AFP

Le nombre important de retours de jihadistes dans leur pays d'origine inquiète de Paris à Londres en passant par Bruxelles.

Le ministre des Affaires étrangères belge en est persuadé: Salah Abdeslam avait l'intention de commettre de nouvelles attaques à Bruxelles et était parvenu à reconstituer une cellule dormante, composée d'une dizaine d'hommes lourdement armés. Son arrestation à Molenbeek est donc "un coup important porté à l'organisation terroriste Daesh en Europe", assure le ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve sans minimiser la menace qui continue de peser sur le pays et ses voisins européens. 

Rien qu'en France, depuis le début de l'année, "74 individus en lien avec des activités terroristes ont été interpellés", a-t-il expliqué. Parmi eux, "37 ont été mis en examen et 28 ont été écroués". De plus un article du Figaro dimanche reprend les conclusions d'un rapport du think-tank américain Soufan Group pour qui les dangers que représentent les jihadistes passés par la Syrie ou l'Irak et revenus dans leur pays d'origine sont de plus en plus dangereux. Surtout Le Figaro souligne que Daesh a mis en place un réseau européen dense et opérationnel.

Le réseau européen de Daesh

François Hollande a d'ailleurs admis dès vendredi que les ramifications de l'enquête démontraient un nombre très important de personnes impliquées à différents niveaux. Pour éviter les fuites comme les contacts, les contrôles aux frontières ont été renforcés au sein des 190 pays du réseau Interpol. 

Selon The Soufan Groupe, sur les quelques 7 à 8.000 Occidentaux partis sur place, un quart est rentré quand les autres sont morts ou toujours sur place. Et si tous ne sont pas dangereux aujourd'hui, il représente tout de même un contingent important. Les chiffres de 300 en Grande-Bretagne, 270 en Allemagne, 250 en France, 50 au Danemark et 40 aux Pays-Bas sont donnés.

Londres anticipe des attaques simultanées

Par conséquent, Salah Abdeslam "vaut de l'or" car "il collabore" tout en refusant son extradition vers la France, affirme son avocat, le controversé Sven Mary. En effet, les informations que l'ex-fugitif le plus recherché d'Europe pourrait livrer permettraient de mieux comprendre le fonctionnement de ces cellules et peut-être d'en évaluer le nombre. Façon aussi de faire le tri dans la liste de 22.000 recrues de Daesh fournie par un repenti. 

Les documents remplis à l'arrivée en Syrie contiennent des informations sur des ressortissants de 55 pays et permettraient "des enquêtes plus rapides et plus détaillées.

En attendant, The Independent rapporte lundi que Londres anticipe "sept, huit, neuf ou dix attaques simultanées", et dans le même "modèle" que Paris, dans la capitale britannique. Sans qu'aucune source ne confirme un risque imminent, elles se félicitent que le pays "soit prêt". 

S.A.