BFMTV

Attentats de Paris: Fabien Clain, la "voix" de la revendication de Daesh

Fabien Clain aurait pu préméditer et choisir les jihadistes français pour commettre les attentats de Paris.

Fabien Clain aurait pu préméditer et choisir les jihadistes français pour commettre les attentats de Paris. - Dominique Faget - AFP

Dans un message audio, Daesh a revendiqué samedi les attentats qui ont frappé Paris la veille. Selon une source proche de l'enquête, c'est un jihadiste français, Fabien Clain, que l'on entend sur la bande. Son nom était déjà apparu dans l'affaire Merah et en avril dernier dans celle de l'attentat raté de Villejuif.

"Dans une attaque bénie dont Allah a facilité les causes, un groupe de croyants des soldats du Califat (...) a pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion (...), Paris." Dans un message, diffusé par communiqué, Daesh a revendiqué samedi les attentats de Paris. Ces mots, ce sont ceux aussi de Fabien Clain, un jihadiste français dont le nom était déjà cité dans d'autres affaires de terrorisme, entendu sur l'enregistrement audio du groupe terroriste. 

Confirmant des informations du Spiegel, une source proche de l'enquête a assuré que les services spécialisés ont déterminé que Fabien Clain, 35 ans, était bien celui qui lisait le message. Pour l'heure, rien ne confirme pour autant son implication dans la préparation des attentats, son rôle s'est peut-être limité à celui d'un communiquant. Mais son expérience passée aurait pu lui servir pour recruter et choisir les kamikazes français pour commettre les attaques de vendredi.

Un proche de Merah?

Ce n'est pas la première fois que le nom de Fabien Clain apparaît dans une affaire de terrorisme sur le sol français. D'après Réunion Première, le jihadiste originaire de l'île s'est converti à l'islam dans les années 90. Il entre dans les radars des renseignements dans les années 2000 alors qu'il est devenu l'un des rabatteurs de la filière d'Artigat, en Ariège, connue pour avoir envoyé de nombreux jeunes en Irak pour combattre l'armée américaine. 

Condamné à cinq ans de prison en 2009 pour son rôle dans cette filière, Fabien Clain a vécu de longues années à Toulouse. C'est à cette période qu'il aurait pu faire la connaissance de Mohamed Merah. D'après Libération, il aurait entretenu une correspondance avec le tueur au scooter. Toutefois, il se défend d'avoir été au courant de ces actes commis en 2012 alors qu'il se trouvait en prison.

Commanditaire de l'attentat de Villejuif

Une fois libre, Fabien Clain disparaît des écrans de contrôle lors qu'il s'installe très vraisemblablement en Syrie, où il rejoint les rangs de Daesh. Et se fait désormais appeler Omar. Son nom revient sur le devant de la scène au moment de l'attentat raté contre une église de Villejuif en avril dernier. D'après des documents saisis par des enquêteurs, il aurait appelé, depuis la Syrie, Sid Ahmed Ghlam, un étudiant algérien de 24 ans, à prendre les armes contre la France. Avant que ce dernier ne se fasse interpeller fortuitement après s'être tiré une balle dans la jambe.

J.C.