BFMTV

Attentats de Nice: le tueur avait fait des recherches sur Orlando, Dallas et Magnanville

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a tenu ce lundi une deuxième conférence de presse pour faire le point sur l'enquête concernant l'attentat de Nice.

L'attentat de Nice était bien un acte "prémédité". Le procureur de la République de Paris, François Molins, l'a confirmé ce lundi lors d'une conférence de presse au palais de justice de la capitale, la seconde depuis l'attentat qui a fait 84 morts jeudi soir sur la Promenade des Anglais à Nice.

L'enquête a notamment permis de retracer une bonne partie de l'agenda de Mohamed Lahouaiej Bouhlel les jours qui ont précédé l'attentat. Selon l'exploitation de son ordinateur, l'homme avait fait des recherches sur trois précédentes attaques, celles commises Outre-Atlantique à Orlando et Dallas, et celle qui avait visé en France deux policiers, tués à leur domicile à Magnanville. Entre le 1er et le 13 juillet, il avait également fait des "recherches quasi quotidiennes de sourates du Coran", "de photos de cadavres en lien avec l'islam radical", ainsi que sur les festivités organisées sur la Promenade des Anglais et les feux d'artifice à Nice, ainsi que sur des accidents mortels.

Changement de comportement 

L'intérêt de Mohamed Lahouaiej Bouhlel pour la "mouvance islamiste radicale" est "certain" mais "récent", a précisé François Molins, ajoutant: 

"Depuis huit jours, il s'était laissé pousser la barbe, expliquant que la signification était religieuse. Il ne comprenait pas pourquoi Daesh (le groupe jihadiste qui a revendiqué l'attentat, ndlr) ne pouvait pas prétendre à un territoire".

Pour autant, "aucun élément de l'enquête ne démontre à ce stade l'allégeance de Mohamed Lahouaiej Bouhlel à l'organisation terroriste" Daesh, "ni des liens avec des individus se réclamant de cette organisation", a affirmé François Moulins.

Cet intérêt pour la mouvance islamiste radicale marque d'ailleurs un changement de comportement par rapport à la personnalité mise en avant dans l'enquête: 

"Les témoignages font état d'un individu très éloigné des considérations religieuses, ne pratiquant pas la religion musulmane, mangeant du porc, buvant de l'alcool, consommant de la drogue et ayant une vie sexuelle débridée, a encore affirmé François Molins. Il est décrit comme un individu particulièrement violent à l'égard de son épouse et de ses enfants."

Le véhicule loué le 11 juillet

Selon l'enquête, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a contacté dès le 4 juillet la société de location du camion dont il s'est servi dix jours plus tard pour foncer sur la Promenade des Anglais. Le véhicule a été loué le 11 juillet à 8h30, a encore indiqué François Molins, qui a confirmé que Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait fait des repérages sur le lieu du drame la veille et l'avant-veille.

L'enquête explore aussi la piste de possibles complicités. Six personnes sont encore en garde à vue, dont trois ont été transférées dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) près de Paris.

Ma. G. avec AFP