BFMTV

Attentats: Daesh "s’attaque à l’ennemi au cœur de son territoire"

Le journaliste Kamal Redouani a enquêté pendant dix ans au cœur de Daesh. Sur BFMTV mercredi, il explique comment en Irak et en Syrie, le groupe terroriste a réussi à étendre son influence et à recruter jusqu'en Europe.

Les terroristes des attentats de Bruxelles mais aussi de Paris étaient implantés en Europe, ils y ont souvent grandi. Depuis l’Irak et la Syrie, le groupe Etat islamique a pourtant réussi à constituer tout un réseau, grâce à leur communication analyse Kamal Redouani, auteur de "nside Daech, une enquête réalisée au coeur du groupe terroriste.

"Ils ont construit une communication incroyable, avec des magazines, des images, des photos, une idéologie qui est arrivée jusqu’à nous, jusqu’à nos quartiers", explique-t-il.

"Comme Facebook"

Le réseau se constitue ensuite grâce aux membres eux-mêmes qui vont convaincre leurs proches, rapporte Kamal Redouani qui a rencontré des recruteurs.

"Il y en a un qui m'a dit très simplement: 'vous connaissez Facebook? Eh bien nous on fonctionne de la même façon'", raconte-t-il.

Ces cellules discrètes ont bénéficié d'un islamisme déjà présent en Europe. Sur ce terreau favorable, la communication efficace a suffit pour séduire "des gens paumés qui ont trouvé en Syrie un terrain de jeu. Porter une kalachnikov, faire la guerre, c’est séduisant. Et puis au début c’était 'venez nous aider parce qu’on combat un dictateur'", analyse Kamal Redouani.

Un "effet de groupe" comme une secte

Une fois sur place, les techniques de radicalisation terminent le travail. "Quand un jeune arrive, ils leur font un lavage de cerveau. C'est un phénomène de groupe. Quand on rentre quelque part, après petit à petit on a du mal à réfléchir par soi-même. C'est comme les sectes, on devient comme le groupe, on s'identifie au groupe", explique le journaliste.

Les attentats de Bruxelles ont une fois de plus confirmé la volonté des jihadistes de s'attaquer à l'Europe, alors que leur zone d'influence est ciblée par la communauté internationale.

"La France est en guerre en Irak et en Syrie, donc eux ils répondent, ils envoient leurs soldats sur le territoire de l’ennemi, ils s’attaquent à l’ennemi au cœur de son territoire", explique Kamal Redouani. 

"Montrer qu'ils sont toujours puissants"

La recrudescence d'attentats est pour lui le signe que l'organisation terroriste veut s'affirmer et "montrer qu'ils sont toujours puissants", malgré les opérations militaires contre leurs territoires en Syrie et en Irak. Le guerre en Syrie est d'ailleurs au coeur de la problématique terroriste, analyse le journaliste.

"Il faut résoudre le problème syrien et le problème irakien pour résoudre le problème des terroristes en Europe. Tant qu'il y aura des problèmes là-bas, il y a des gens qui sont partis et qui peuvent revenir. J'ai toujours pensé que ce n'était pas un aller simple pour la Syrie, mais un aller-retour. On les a amené là-bas pour les renvoyer en Europe, comme des relais". 

Au cours de son enquête, Kamal Redouani a rencontré de nombreux membres de Daesh. Aujourd'hui certains d'entre eux sont installés en Europe. 

Carole Blanchard