BFMTV

Attentat du Bardo: la fille d'une victime française exprime sa colère

La ministre de la Justice Christiane Taubira rend, samedi, un hommage national aux victimes du terrorisme. BFMTV est allé rencontrer à cette occasion une jeune femme qui a perdu son père dans l'attaque du musée du Bardo, en mars dernier.

Six mois ont passé, mais Emilie Timois n'a toujours pas réussi à faire son deuil. Elle porte en elle ce qu'elle appelle une "déchirure". La jeune femme a perdu son père, Christophe, le 18 mars dernier, lors de l'attaque du musée du Bardo en Tunisie. Un drame qui avait fait 19 victimes, dont 4 Français. 

Parmi les touristes tués se trouvait le père d'Emilie, qui s'était offert un séjour en Tunisie pour célébrer sa retraite. Aujourd'hui, sa fille dénonce un manque d'information et de soutien du gouvernement français. "Personne ne nous a dit comment ça allait se passer après le drame. On nous a simplement indiqué qu'il y avait une enquête... Où en est-elle? On ne sait strictement rien", regrette Emilie Timois.

Un hommage national samedi

Le jour de l'attaque, dans le musée, aucun garde de sécurité n'était présent. Une négligence inacceptable pour Emilie. "Avec le degré de menace terroriste dans le monde, il est inconcevable de laisser un lieu public sans sécurité. On leur laisse toutes les portes ouvertes à ce moment-là. Donc aujourd'hui, je voudrais que l'État tunisien soit puni de ne pas avoir assuré cette sécurité nécessaire."

En avril dernier, une information judiciaire a été ouverte pour "assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste". Onze personnes, dont Emilie, se sont constituées partie civile. "J'ai besoin de savoir par où mon père est rentré, à quel endroit il est mort... J'aurais besoin de retourner là-bas pour voir précisément les dernières images qu'il a vues. J'ai besoin de ça pour faire mon deuil", confie-t-elle, abattue par la tristesse. 

Ce samedi, Emilie Timois sera à Paris avec ses proches pour assister à l'hommage national rendu aux victimes du terrorisme par la ministre de la Justice Christiane Taubira, sur la place des Invalides.

A. G. avec Mélanie Bertrand et Claire Elien