BFMTV

Tunis: qui étaient les victimes françaises?

Des proches de victimes de l'attaque de Tunis à la sortie de l'hôpital Charles Nicole.

Des proches de victimes de l'attaque de Tunis à la sortie de l'hôpital Charles Nicole. - Salah Habibi - AFP

Les deux Français tués lors de l'attaque de Tunis venaient de Midi-Pyrénées. Ils étaient âgés de 71 et 59 ans.

Au lendemain de la sanglante attaque du musée Bardo à Tunis, le nombre de Français parmi les victimes reste incertain. Si deux Français ont été identifiés, on est encore sans nouvelles d'un troisième Français, dont François Hollande a dit lui-même qu'il y avait "une interrogation" à son sujet.

L'identité des victimes est désormais connue. Jean-Claude Tissier, 71 ans, habitait Aussillon près de Mazamet, dans le Tarn. Cet ancien coiffeur avait été adjoint au maire de 2008 à 2014. Il est mort des suites de ses blessures dans la nuit de mercredi à jeudi.

Passionné d'art et de cultures

Un hommage public lui sera rendu par la mairie vendredi à 18h30. Habitant de longue date d'Aussillon, il était très connu dans les environs et figurait parmi les fondateurs de l'association Arts et cultures, dont il restait vice-président. "C'est d'ailleurs parce qu'il était passionné d'art que Jean-Claude a perdu la vie dans un musée en Tunisie", a relevé le maire avec tristesse. "Jean-Claude était ouvert sur le monde et sur les multiples influences culturelles. C'était avant tout un humaniste, qui aimait ses semblables de toutes origines et de tous les milieux", a aussi déclaré le maire sur le site du magazine départemental Le Journal d'Ici.

L'autre Français tué lors de l'attaque, au musée du Bardo de Tunis, est Christophe Tinois, 59 ans, a indiqué le maire de Castelsarrasin, Jean-Philippe Bésiers. Cet homme qui vivait depuis "plus de dix ans" à Castelsarrasin, entre Montauban et Moissac, "était proche du milieu hippique et avait un centre d'entraînement pour les chevaux sur sa propriété", a précisé le maire. "Sa compagne est sauve, elle devrait être bientôt rapatriée en France", a ajouté Jean-Christophe Bésiers sans donner davantage de précisions.

A. K. avec AFP