BFMTV

Attentat de Magnanville: les dernières gardes à vue levées

Deux policiers ont été tués à leur domicile de Magnanville en 2016.

Deux policiers ont été tués à leur domicile de Magnanville en 2016. - Matthieu Alexandre - AFP

Le juge d'instruction en charge de l'enquête sur l'assassinat de deux policiers en juin 2016 ne dispose pas d'éléments suffisamment incriminant à ce stade de l'enquête pour engager des poursuites.

Les quatre personnes encore entendues ce jeudi dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Magnanville ont été relâchées ce jeudi après-midi après que le juge d'instruction en charge du dossier a levé leur garde à vue. Une décision prise en raison de l'absence d'éléments suffisamment incriminant à leur encontre à ce stade de l'enquête, a précisé une source judiciaire.

Lundi, six personnes - trois hommes et trois femmes - ont été interpellées et placées en garde à vue afin de préciser le rôle qu'elles auraient pu jouer dans l'assassinat des deux policiers à leur domicile en juin 2016. Parmi elles figurent une policière anciennement en poste dans les Yvelines, ses deux enfants radicalisée et une amie de ces derniers fichée S. Tous les quatre étaient encore interrogés ce jeudi.

La justice cherche toujours à comprendre pour le terroriste a ciblé Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing. La policière, ancienne syndicaliste, avait hébergé l'amie de ses enfants qui aurait pu se servir d'elle pour obtenir des informations sur le couple de policiers. Le frère de la jeune femme connaissait également leur meurtrier, Larossi Aballa. Ce dernier a été relâché mercredi soir. La sixième personne avait été libérée mardi soir.

J.C. avec Sarah-Lou Cohen