BFMTV

"Soupçons avérés" de violences policières: Castaner "regrette ses propos", selon plusieurs syndicats de policiers

La suspension de fonctionnaires de police en cas "de soupçon avéré de racisme" est "définitivement balayée", se sont réjouis plusieurs syndicats de police ce jeudi soir, au terme de leur rencontre avec Christophe Castaner. Le ministre de l'Intérieur a concédé avoir fait "une erreur" en évoquant cette hypothèse lundi, et revient sur ses propos.

Plusieurs syndicats policiers ont fait savoir, au terme de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur ce jeudi soir, que Christophe Castaner leur avait confié "regretter ses propos" sur l'hypothèse d'une suspension systématique des fonctionnaires de police en cas de "soupçons avérés" d'actes ou de propos racistes. Une information confirmée à BFMTV par le ministère de l'Intérieur, qui reconnaît "être revenu" sur ses propos.

"On lui a très clairement dit que les propos qu'il avait tenus lundi étaient mal adaptés, en particulier sur les soupçons avérés sur lesquels effectivement il y a une incompréhension", a indiqué à la presse Philippe Capon, secrétaire général de l'UNSA Police ce jeudi soir, précisant que Christophe Castaner avait aussi émis des regrets concernant ses propos sur la possibilité d'interdire la technique de la clé d'étranglement.

"Castaner a reconnu sa grossière erreur"

Lundi, lors de la présentation de son plan de lutte contre le racisme et les violences policières, le ministre de l'Intérieur s'est prononcé pour la systématisation des sanctions en cas d'incidents à caractère raciste. "J'ai demandé à ce qu'une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d'actes ou de propos racistes", avait-il alors déclaré.

"Le ministre nous a dit regretter ses propos", a poursuivi le syndicaliste. "Il nous a dit qu'il avait été mal compris, et qu'il présentait ses regrets. C'est quelque chose d'important, quand même, qu'un ministre regrette des propos qu'il a pu tenir dans ce cadre-là".

Enfin, le patron d'Unité SGP Police FO a lui aussi affirmé que Christophe Castaner avait concédé une "erreur" en évoquant lundi l'hypothèse de suspendre des agents en cas de "soupçon avéré" de racisme. La suspension en cas "de soupçon avéré est définitivement balayée", s'est ainsi réjoui Yves Lefebvre ce jeudi soir. "Castaner a reconnu sa grossière erreur en la matière".

Jeanne Bulant